Un rebeu, ça joue 10 !

L’Allemand est un bon défenseur, l’Argentin a la grinta, le Sénégalais est physique... Les poncifs liés aux origines des joueurs sont nombreux, et parfois vrais. Ainsi du joueur maghrébin, dont le numéro est forcément le 10, son idéal, son Graal.


L’émotion gagne Jean-Michel Larqué lorsqu’il évoque son idole, Rachid Mekhloufi, numéro 10 et capitaine du grand Saint-Étienne des années 1960 : « En match et à l’entraînement, Rachid faisait des choses avec le ballon qui nous étaient inconnues. On retrouvait chez lui, comme chez Zidane, la finesse de jeu, la spontanéité, l’inventivité. J’ai modestement essayé de m’en inspirer quand je suis devenu à mon tour le numéro 10 des Verts. » Rachid Mekhloufi, 1m 68, a inauguré la longue lignée des meneurs de jeu franco-maghrébins qui ont sublimé le football français, au point de devenir des stéréotypes, aux caractéristiques quasi-invariables : milieu offensif, au gabarit petit-moyen, très technique et assez souvent algérien, kabyle surtout, tel Moussa...

Chérif Ghemmour
Chérif Ghemmour

58 ans, pionnier de l’aventure So Foot depuis sa création. Brasseur-mixeur de la transversalité foot, rock, cinéma et politique. Juriste de formation (droit français et anglais), puis aventurier des médias. Auteur de plusieurs livres sur Foot & Politique, Johan Cruyff et Coupe de France.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire