Trop beau pour toi

La beauté est subjective. Mais elle dépend beaucoup des critères que l’on va prendre en compte pour l’évaluer. Pour les footballeurs, elle est indissociable de la façon dont ils se déplacent avec le ballon et de l’élégance avec laquelle ils le caressent.


Avant la finale de la Coupe du monde 1998 entre la France et le Brésil, trois cents mannequins du monde entier sont réunis pour un gigantesque défilé Yves Saint Laurent sur la pelouse du Stade de France. Une heure quinze avant le coup d’envoi, l’arène est comble, l’atmosphère électrique. 1,7 milliard de téléspectateurs attendent l’affrontement. En amuse-bouche, les silhouettes de rêve et les visages juvéniles entament leur parade. La beauté est partout, fourreau, minijupe, canadienne, smoking, bustier, résille, jambes et seins nus, drapés… La beauté nargue les caméras et les regards tricolores. Insolente parce que l’air de rien. Chacune avance, le rouge aux lèvres, la pommette scintillante, la démarche séductrice, le port de tête altier, le...

Géraldine MAILLET
Géraldine MAILLET

Ex mannequin, chroniqueuse, romancière et réalisatrice. D'après certaines rumeurs, il se pourrait qu'il se trame quelque chose entre elle et Daniel.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire