Supporters d'Arsenal entre plaisir et Sacerdoce

Être supporter, c’est vivre des moments de joie et, plus sûrement, des désillusions, qui ne changent rien à la relation passionnelle qu’on entretient avec son équipe de cœur. À Arsenal notamment, on n’aime pas son club que pour le football.


Quand tu commences à supporter un club de football, tu ne le supportes pas à cause des trophées qu’il remporte ou pour un joueur ou son histoire. Tu le supportes parce que tu y as trouvé ta place, un endroit auquel tu sens que tu appartiens. » Cette phrase de Dennis Bergkamp, prononcée alors qu’il était encore joueur d’Arsenal, est célèbre en Angleterre. Elle date un peu, mais reste d’actualité, en ce qu’elle résume le sentiment d’appartenance à un club, à une communauté, tel qu’il est vécu outre-Manche. Victoires ou défaites, trophées ou régime maigre, cycle positif ou négatif, rapide montée en puissance, arrivée au sommet étape par étape, lente descente aux enfers ou chute brutale, peu importe, la motivation est ailleurs. L’adage du Néerlandais...

Julien LAURENS
Julien LAURENS

La Drôle de Dame anglaise depuis septembre 2018. A joué au foot avec Gilbert et a connu Piquionne et Rothen quand ils étaient encore célèbres et compétents dans leur domaine.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire