Le Foggia des Miracles

Au début des années 1990, le football italien commence sa mue. Arrigo Sacchi prouve qu’une équipe italienne peut gagner en bouleversant des principes bien ancrés dans la culture nationale et, à 800 km de Milan, un entraîneur tchèque fait danser les cadors italiens avec une équipe composée de jeunes joueurs méconnus.


Septembre 1991. Ce titre, à la une du Corriere dello Sport, résume à lui seul la météorite Foggia : « Milan ou Juve ? Foggia, c’est mieux ! » L’équipe de Foggia vient d’entamer sa première saison en Serie A. Après un match nul contre l’Inter, une courte défaite contre la Juventus et une victoire à Florence, les Rossoneri ont entamé leur opération séduction. À travers un football courageux, dans la lignée de l’audacieux Arrigo Sacchi, ce club des Pouilles attire tous les regards, les envies, voire suscite les jalousies. C’est le début du « Foggia des miracles ». Cinq saisons durant, Foggia va gravir les échelons, jusqu’à flirter avec une qualification en coupe de l’UEFA. Aux commandes, un entraîneur tchèque signant ses exploits d’un Z qui veut...

Johann CROCHET
Johann CROCHET

Spécialiste du football italien pour RMC Sport, Crochet peut être aussi direct qu'une ouverture de Totti et plus tranchant qu'un tacle de Materazzi. Mais il est aussi objectif qu'un homme en noir qui arbitre la Juve.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire