Le Parc, c'était mieux avant ?

Abonné au Parc des Princes depuis 2006, j’ai vu son public évoluer en même temps que le club changeait de dimension. Comment peut-on y prendre moins de plaisir aujourd’hui qu’hier, avec la Dream Team du PSG ? Tentative d’explication.


Mardi 28 septembre 2021, 22h35. Le Parc explose. Lionel Messi vient d’inscrire face à Manchester City son premier but sous les couleurs du Paris Saint-Germain.

Ne me demandez pas pourquoi, mais ça me renvoie au samedi 10 mai 2008. À l’époque, le PSG de Clément Chantôme, Marcos Ceará et Grégory Bourillon lutte pour ne pas descendre en Ligue 2. Pour le compte de la 37e journée, Paris reçoit Saint-Étienne et est rapidement mené. L’angoisse se propage dans les travées du Parc des Princes, jusqu’à l’heure de jeu et l’égalisation de Jérémy Clément, sur une improbable reprise du pied droit.

De Jérémy Clément à Lionel Messi, cette même ferveur, ce même vacarme assourdissant. Et pourtant, tout a changé.

Rêvons plus petit mais plus fort ?

En 2008, Lionel...

Jimmy Braun
Jimmy Braun

Quand j’appelais l’After en 2006 en sortant du Parc des Princes, je ne m’imaginais pas 15 ans plus tard discuter foot au quotidien avec Gilbert et Daniel. À RMC depuis 2016, dans la rédaction, en régie ou en studio, je parle ballon à longueur de journée. Je suis ce que Gilbert appelle « un enfant de l’After ».

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire