Salazar, Fado, Fátima, football et fantasmes

Cinquante ans après la chute du salazarisme, le supposé intérêt du dictateur pour le football continue d’animer les apéros de nombreux Portugais. Petit guide diplomatique à déballer avant l’arrivée des bifanas.


Au moment où la discussion va devenir tendue, pas la peine d’aller sur Wikipédia pour donner du poids à tes arguments. Wiki écrit : « Le Triple F (en portugais : três F) désigne la trilogie fado, Fátima, football. Il symbolisait les valeurs portugaises sous la dictature de António de Oliveira Salazar. » Sauf que… (imagine-toi la voix de Gilbert en plein quiz) : « C’est pas bon ! » Ce triptyque, cultivé après la révolution pour caricaturer le Estado Novo, l’État Nouveau, ne saurait représenter l’indigeste régime qui a gangrené le Portugal entre 1933 et 1974. L’incarnation du pouvoir s’appelait alors Salazar. Sa devise était : « Dieu, Patrie et Famille ». Cet ex-séminariste cultivait autant la foi catholique, portée par les apparitions mariales...

Nicolas Vilas
Nicolas Vilas

Spécialiste du football portugais, il s'intéresse quand même aux grands championnats. Sans doute le seul homme sur la planète à apprécier autant le style de Rui Costa que celui d'Eder.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire