Claude Le Roy : "Le football ne fait pas gagner une élection"

Claude Le Roy, c’est trente-cinq ans d’expérience sur les bancs de touche, dix sélections entraînées et un palmarès unique. En fin connaisseur de l’Afrique et de sa géopolitique, il raconte ses relations avec les chefs d’État de ces pays où politique et football sont intimement liés.


AFTER FOOT : Considérez-vous que, dans le foot, tout est politique ?

Claude Le Roy : À partir du moment où il y a une politique du sport, tout est politique. Le foot est culture, donc le foot est politique. D’ailleurs, ça me surprend toujours quand la FIFA met au ban des fédérations pour cause d’interventions politiques, alors que la première préoccupation de son président, Gianni Infantino, quand il se rend quelque part, est de rencontrer le chef de l’État du pays concerné. Avant même de savoir quel est le nom du président de la fédération locale de foot ! C’est d’un grotesque invraisemblable. La seule quête d’Infantino, c’est de rencontrer des chefs d’États. Blatter était plus bonhomme et ne cherchait pas à traiter avec eux d’égal à égal...

Gilbert BRISBOIS
Gilbert BRISBOIS

Animateur vedette de l'After Foot, il essaye toujours de rester calme et objectif pour peu qu'on ne parle pas du RC Strasbourg.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire