"Old Firm", bien plus qu'une guerre de religion !

Vu de l’étranger, the Old Firm, le derby de Glasgow entre le Celtic et les Rangers, relève du conflit religieux. Mais, en près d’un siècle et demi, la société écossaise a bien changé.


L’histoire vulgarisée est bien connue : en novembre 1887, Brother Walfrid, un immigré irlandais débarqué dans les quartiers insalubres de l’est de Glasgow pour échapper à la famine, fonde le Celtic Football Club. Conscient de l’essor du football, l’ecclésiastique y voit une occasion en or de générer des fonds et de pallier les besoins alimentaires et éducatifs de sa communauté. Le Rangers Football Club, l’aîné, fondé en 1872 sans connotation religieuse au départ, voit d’un mauvais œil l’arrivée de cet encombrant rival d’une foi différente. Une féroce rivalité multiséculaire s’installe.

Tout ne débute pas dans le sang et les larmes. Le Celtic est performant dès sa création, mais les Rangers sont moribonds et les clubs cadors de l’époque se ...

Grégory Sokol
Grégory Sokol

Littéraire pataugeant dans l’informatique et passionné de ballon rond, élevé en terre de rugby. Maîtrise du contre-pied et de l’accent glaswégien. Centriste lorsqu’il s’agit du Old Firm, je suis ravi d’apporter ma pierre à l’édifice de l’After (ou plutôt au déficit (sic), mais il faut que le lecteur ait la référence ;)

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire