Les Saoudiens à l'attaque

C’est officiel, après des mois de rumeurs et de tergiversations, l’Arabie saoudite tient enfin son club de football étranger, Newcastle, au nord de l’Angleterre. Mais pourquoi un tel choix ?


À force de vendre ses bijoux de famille, on va finir par croire à une grande braderie. Après le rachat de City par les Emiratis, de Paris par les Qatariens, de sa petite sœur, le Paris FC, par le Bahreïn, c’est le club historique de Newcastle qui tombe dans l’escarcelle, à grands frais, du fonds souverain de l’Arabie saoudite. On estime le deal à 360 millions d’euros, une peccadille pour le PIF, le nom du fonds, piloté en direct par le prince héritier Mohammed ben Salmane, valorisé plus de 400 milliards d’euros. Le club anglais va entrer à son tour dans une nouvelle dimension. Il espère ainsi faire partie durablement du gotha du football européen.

Avec tous ces investissements, ça commence à se voir : le Moyen-Orient veut s’imposer dans le...

Pierre RONDEAU
Pierre RONDEAU

Spécialiste de l’économie du football, il est professeur à la Sport Management School et codirecteur de l’Observatoire du sport à la fondation Jean-Jaurès. De là, peut-être qu'il peut apercevoir Marvin Martin.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire