la revue
COPE vs SER, voyage au bout de la noche Abonnés
COPE vs SER, voyage au bout de la noche

Il est 23 h 30, l’After boucle sa quatrième et dernière heure d’émission quand, sur la bande FM, de l’autre côté des Pyrénées, El Larguero, de la SER, et El Partidazo, de la COPE, s’échauffent à peine. Le match du jour est terminé, mais un autre commence, qui se joue depuis près de quarante ans entre les deux antennes. Récit d’un duel nocturne où tous les coups sont permis.


Je vous parle d’un temps que les moins de trente, voire quarante ans ne peuvent pas connaître. D’un temps où une radio démarrait ses émissions de foot à minuit pile et les terminait… quand les présentateurs voulaient bien lâcher le micro. C’est la fin des années 1980, l’Espagne a fait son entrée dans l’UE, Franco est un souvenir récent, mais un souvenir tout de même, la movida s’essouffle et se caricature, la « Quinta del buitre » madrilène de Butragueño domine le championnat et Cruyff commence à composer sa dream team.

Sur les ondes, un homme écrase la concurrence, de tout son poids : chaque soir, sur Antena 3 Radio, José María García fait trembler les puissants. Il attaque les joueurs, les présidents, les ministres même, et dit détenir la vérité. Ce vieux briscard est un spectacle à lui tout seul. Il n’a besoin de personne, pas même de collaborateurs, forcément moins bons que lui. Il est colérique, impatient, tatillon, impressionnant. Son pouvoir est tel que le contrat de Hugo Sánchez avec le Real Madrid est signé dans son bureau, que l’entraîneur de Valladolid, Vicente Cantatore, est viré en direct à son micro. Le nom de l’émission dit tout : Super García. Son générique, Love Song, des Simple Minds, électrise dès la première seconde. Son « saludos cordiales », lancé à minuit, est sa signature. Cordiales salutations. C’est désuet, mais ça fait son effet.

La cible favorite de García n’est ni un club, ni un joueur, ni un président, mais un groupe de communication, le groupe Prisa, propriétaire de la SER, qu’il a en horreur. Lorsque « l’empire SER », comme il le surnomme, rachète Antena 3, García ne peut rester. En 1992, il fait ses bagages et emmène ses auditeurs sur la radio de l’Église, la COPE. Pour sa...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

la revue
COPE vs SER, voyage au bout de la noche Abonnés
Leo Heredia
Leo Heredia

Léo Heredia est conseiller en communication. Spécialiste du football espagnol, il travaille depuis plusieurs années pour les instances et acteurs du secteur.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Bingo : Courbis sans artifice
Bingo : Courbis sans artifice Abonnés

Comment ça, Rolland aurait, à l’antenne, quelques tics de langage et de syntaxe, voire idéologiques ? Rendez-vous pour vérifier et compter les points dès la prochaine émission avec nos cartes de bingo. S’il est en forme, c’est 15 minimum.

0 commentaire
Le roman-photo de l'After
Le roman-photo de l'After Abonnés

Les 24 h chrono de Gilbert par Jérôme THOMAS (dialogues) et Constance GOURNAY (Photos)

0 commentaire