la revue
L'After et moi
L'After et moi, par Luis Fernandez Abonnés
L'After et moi, par Luis Fernandez

On l’a adoré sur le terrain, sur les bancs de touche et comme collègue de bureau à RMC. Auditeur assidu de l’After, Luis en parle dans sa langue à lui.


Moi, j’écoute l’After dès que je suis en voiture, le soir quand je rentre chez moi. Je ne sors pas tard, je ne suis pas comme Ronaldinho, hein ! Je veux savoir quels sont les dossiers du jour, ce qui fait réagir. Les personnages de l’After, je les connais bien, on est d’accord avec eux, pas d’accord… mais y’a toujours de bons débats. J’adore le débat. Ce que je retiens, c’est qu’il faut être juste et ne pas chercher le buzz. Mais il faut savoir que quand tu as été joueur et entraîneur, comme moi, le rôle de consultant est parfois difficile, je suis souvent dans la retenue. Il y a des choses que j’aime, par exemple quand un entraîneur annonce ce qu’il va faire avant un match et qu’on constate sur le terrain que sa tactique correspond à ce qu’il a dit.

« Les philosophes »

Les fautes techniques des joueurs, ça n’a pas d’importance. Tout le monde a raté, donc, arrêtez avec ça, ce n’est pas grave. Les gars de l’After, je les appelle « les philosophes », ils ont un phrasé, un style que je n’ai pas. J’aime la sincérité de l’After, même si parfois, quand j’en entends certains parler du club qu’ils aiment, je me dis « tiens, celui-là, il défend son club discrètement, je l’ai vu ». Brisbois, il est supporter de Strasbourg, non ? Ben au moins, il assume. Dévoilez-vous, Messieurs ! Comme en Espagne. Mais attention, hein, parler de son club, ce n’est pas forcément être de mauvaise foi. Les journalistes de l’After connaissent le foot. L’autre jour, Rudi Garcia disait que les entraîneurs sont jugés par des gens moins compétents qu’eux – bon il a été touché par certains commentaires, sans doute. Mais il commente les matchs dans les médias.

Dans l’After,...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Bingo : Courbis sans artifice
Bingo : Courbis sans artifice Abonnés

Comment ça, Rolland aurait, à l’antenne, quelques tics de langage et de syntaxe, voire idéologiques ? Rendez-vous pour vérifier et compter les points dès la prochaine émission avec nos cartes de bingo. S’il est en forme, c’est 15 minimum.

0 commentaire
Le roman-photo de l'After
Le roman-photo de l'After Abonnés

Les 24 h chrono de Gilbert par Jérôme THOMAS (dialogues) et Constance GOURNAY (Photos)

0 commentaire