la revue
Brésil
Brésil le football selon les Évangiles Abonnés
Brésil le football selon les Évangiles

Depuis quelques années, les footballeurs brésiliens sont les meilleurs missionnaires des églises évangéliques, dont l’influence s’étend bien au-delà des terrains de sport.


Japon, International Stadium de Yokohama, 30 juin 2002. Un doublé de Ronaldo vient de mettre l’Allemagne à terre. Le Brésil décroche sa cinquième étoile. À peine le temps de sécher ses larmes de joie, la Seleção, encadrement technique compris, s’agenouille dans le rond central pour le fechamento, une prière collective qui se pratique généralement avant les rencontres, dans le secret du vestiaire. Kaká arbore un tee-shirt blanc portant l’inscription « J’appartiens à Jésus ». Il pose ensuite avec Lúcio et Edmílson, aux aussi vêtus d’un tee-shirt à la gloire du Christ. Ce n’est pas seulement l’expression d’une foi personnelle, les signes d’une religiosité banalisée, comme on en voit sur les terrains du monde entier, mais l’expression d’un mouvement de fond, qui impacte et utilise le football auriverde.

Athlètes du Christ

Au début des années 1980, les églises évangéliques montent en puissance au Brésil. Le gardien de l’Atlético Mineiro, João Leite, crée les Atletas de Cristo, les Athlètes du Christ, qui intègre le courant évangélique néopentecôtiste. Le groupe attire rapidement les fidèles. En 1985, la revue Placar lui consacre sa une. Elle dénombre 300 membres. Parmi eux, les jeunes champions du monde U20 cette année-là, dont certains seront champions du monde en 1994, comme Cláudio Taffarel, Müller ou Jorginho, qui évolue alors à Flamengo et devient l’un des joueurs les plus actifs du mouvement, au sein d’une sélection qui, tout au long des années 1990, est accompagnée par Alex Dias Ribeiro. Ancien pilote de formule 1, devenu directeur exécutif des Athlètes du Christ, c’est lui qui fait franchir un cap à l’organisation. Après la victoire de 1994, il publie Quem Venceu O Tetra (Qui a remporté le tetra, non traduit). En couverture, une photo de Taffarel, à genoux, symbolise la victoire de la foi évangélique sur celle du bouddhiste Roberto Baggio....

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

la revue
Brésil
Brésil le football selon les Évangiles Abonnés
Nicolas COUGOT
Nicolas COUGOT

Créateur de Lucarne opposée et spécialiste du football latino-américain, il est aussi un ancien chercheur en biologie. Sans jamais être parvenu à expliquer comment Alain Giresse avait pu donner Thibaut.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Bingo : Courbis sans artifice
Bingo : Courbis sans artifice Abonnés

Comment ça, Rolland aurait, à l’antenne, quelques tics de langage et de syntaxe, voire idéologiques ? Rendez-vous pour vérifier et compter les points dès la prochaine émission avec nos cartes de bingo. S’il est en forme, c’est 15 minimum.

0 commentaire
Le roman-photo de l'After
Le roman-photo de l'After Abonnés

Les 24 h chrono de Gilbert par Jérôme THOMAS (dialogues) et Constance GOURNAY (Photos)

0 commentaire