la revue
PSG
Si j'étais président ...du PSG ! Abonnés
Si j'étais président ...du PSG !

Pour le titre de ce papier, j'avais le choix entre plusieurs options, dont « Moi président », mais ça sentait Hollande et l'échec à plein pif. J'ai donc opté pour « Si j'étais président » – heureusement, personne ne connaît cette référence surannée. J'aurais pu taper dans les citations de Kennedy, car on ne le sait pas assez, mais en termes de ce qu'on appelle aujourd'hui punchlines, Kennedy a tout inventé. « Ne te demande pas ce que le PSG peut faire pour toi, mais demande-toi ce que tu peux faire pour le PSG. » Moi, ce que je peux faire, c'est simple : le présider.


Autant que je me souvienne, j'ai toujours voulu être président du PSG. Le problème, c'est qu'il n'y a aucun chemin qui mène à ce poste, aucun diplôme qui conduise à la fonction de président de club. La norme, c'est d'avoir eu du succès dans une autre activité, avant. Président, c'est comme un deuxième «travail» dans une vie. Con-naître le foot n'est même pas une règle établie. C'est même plutôt l'exception. D'où le nombre de types qui se sont plantés, sont devenus fous, ont été dévorés par le système ou les trois en même temps. 

Mon profil n'est pas un handicap. En fait, il est parfaitement idoine. Honnêtement, qu'est-ce que Nasser al-Khelaïfi a de plus que moi ? Il a découvert le foot et le PSG il y a dix ans et il a obtenu le boulot parce qu'il était proche du prince du Qatar. À part un niveau de tennis qui doit être un peu supérieur au mien (mais ça reste à vérifier), je ne vois pas.

Plus sérieusement, Denisot, Biétry, Blayau, Bazin, sans parler de ce qu'ils ont fait pendant leur mandat, quelle était leur légitimité, en arrivant ? Je ne perdrai pas de temps à passer en revue les autres clubs de L1 et leurs patrons, mais dressez la liste, vous verrez. En essayant de ne pas rire quand arrivera le nom de Jacques-Henri Eyraud…

Le procès en légitimité écarté, entrons dans le vif du sujet.

Marier histoire et modernité. Les Anglais font ça très bien. Je le sais, j'ai couvert le championnat d'Angleterre pendant trois ans au milieu des années 2000. Ils se vautrent peut-être dans le libéralisme le plus débridé, mais, avant tout, les Anglais racontent une histoire et construisent des légendes. Un stade, des supporters, un maillot, des souvenirs. Un socle commun. Un chemin à...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

la revue
PSG
Si j'étais président ...du PSG ! Abonnés
Daniel RIOLO
Daniel RIOLO

Journaliste et animateur historique de l'After Foot, il est surtout connu pour rester zen face aux insultes sur Twitter.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Bingo : Courbis sans artifice
Bingo : Courbis sans artifice Abonnés

Comment ça, Rolland aurait, à l’antenne, quelques tics de langage et de syntaxe, voire idéologiques ? Rendez-vous pour vérifier et compter les points dès la prochaine émission avec nos cartes de bingo. S’il est en forme, c’est 15 minimum.

0 commentaire
Le roman-photo de l'After
Le roman-photo de l'After Abonnés

Les 24 h chrono de Gilbert par Jérôme THOMAS (dialogues) et Constance GOURNAY (Photos)

0 commentaire