la revue
identité
Manuel Valls : « On fait dire trop de choses à Benzema » Abonnés
Manuel Valls : « On fait dire trop de choses à Benzema »

On l’a accusé d’avoir barré la route des Bleus à Karim Benzema, il est fan du Barça mais pas de son engagement indépendantiste, ses positions sur le communautarisme, dans le foot notamment, suscitent la polémique : Manuel Valls s’en explique avec Daniel Riolo. Sans langue de bois.

DANIEL RIOLO : Ma première question est très simple : l’identité est-elle une notion de droite ou de gauche ?

Manuel Valls : L’identité n’est ni de droite ni de gauche, chacun d’entre nous a une identité. Un pays, une ville, un club de foot ont forcément une identité.

DR. Pourquoi a-t-on le sentiment que ces vingt dernières années, l’identité a été abandonnée à la droite ?

MV. Le repli identitaire de ces vingt, trente dernières années est lié, parfois, à des mouvements nationalistes et régionalistes, donc perçus plutôt à l’extrême droite de l’échiquier politique. Pour certains, l’identité est contradictoire avec les valeurs universelles. La gauche n’a pas su comprendre ce qui se passait dans le monde après la chute du mur de Berlin : l’apparition de l’islam politique dans le monde, les attentats du 11-eptembre 2001, etc. Elle n’a pas été capable de percevoir ce qui se passait fondamentalement dans les sociétés : la peur de la globalisation, la peur de l’autre et donc un repli sur soi, notamment dans les classes populaires. La gauche est passée à côté de l’essentiel et c’est pour cela qu’elle est en crise aujourd’hui. L’identité n’est ni de droite ni de gauche, elle fait partie de ce que nous sommes.

« À gauche, il y a toujours eu cette idée d’étiquette, du procès en trahison »

DR. Vous êtes l’un des rares, à gauche, avec Jean-Pierre Chevènement, à avoir abordé ces questions. On vous l’a d’ailleurs beaucoup reproché au sein de votre famille politique.

MV. À gauche, il y a toujours eu cette idée d’étiquette, du procès en trahison, qui conduit ensuite à l’exclusion. Je ne me compare pas à lui, mais Clemenceau, parce qu’il gouvernait, était accusé d’être de droite par la gauche, y compris par Jaurès. Jaurès ne gouvernait pas, il...

Contenu réservé aux abonnés

91 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire