la revue
Supporters
Marseille comme un seul OM Abonnés
Marseille comme un seul OM

Les disparités sont importantes à Marseille et les inégalités entre riches et pauvres plus encore. Mais le temps d’un match, la ville se rassemble derrière l’OM.


Trois bd. Michelet, 13 008, Marseille. Demandez à n’importe quel fan de foot le nom d’une rue de Marseille et il y a fort à parier que cette adresse, celle du Vélodrome, arrive en tête des réponses. En France, aucun autre stade ne déchaîne autant de fantasmes, de passions et de haines. Là où, comme le dit le chant qui surgit des virages les soirs de matchs, « quand vient le week-end, à Marseille, au Vél’, je chante pour mon club ». Parce que pour les Phocéens, plus qu’un stade, le Vél’, c’est un endroit sacré. Les Marseillais de tous horizons y communient, au cœur d’une ville fragmentée et meurtrie par ses inégalités comme aucune autre en France.

Marseille est une ville cosmopolite et multiculturelle, c’est même devenu sa marque de fabrique. Les communautés s’y déploient et multiplient au sein d’un même espace. Mais au-delà de la fable du vivre ensemble et des visions romantiques d’une concorde où le partage dépasserait les clivages, la réalité est beaucoup plus sombre.

Au début des années 2010, selon l’OCDE, Marseille figurait dans le top 10 des villes les plus inégalitaires du monde. Autrefois centre névralgique de la vieille Europe, porte d’entrée et de sortie vers ses horizons méditerranéens, Marseille a subi de plein fouet la perte d’attractivité de sa zone portuaire. Elle est rongée et divisée par des inégalités en constante progression. Le taux de pauvreté y atteint le niveau exceptionnel de plus de 25 % (et ça s’aggrave) et plus du quart de sa population vit avec un revenu disponible inférieur à 1 000,00 euros par mois. La ville est plus que jamais divisée en deux mondes bien distincts. À contre-pied de la théorie des hypercentres, le clivage oppose les périphéries, le nord, rongé par une paupérisation structurelle, et le sud, prospère...

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire