la revue
Religion
Moussa Niakhaté : « Je ne veux pas être un porte-parole » Abonnés
Moussa Niakhaté : « Je ne veux pas être un porte-parole »

C’est une scène quasiment inédite. Le 6 avril dernier, peu après l’heure de jeu, Matthias Jöllenbeck, arbitre de la rencontre entre Mayence et Augsbourg, arrête le match quelques minutes, pour permettre à Moussa Niakhaté de rompre son jeûne de ramadan. Le Français, qui a toujours souhaité pratiquer sa religion discrètement, se retrouve propulsé au cœur d’un instant d’histoire.


AF : Moussa, racontez-nous ce qui s’est passé ?

Moussa Niakhaté : Je jeûne pendant les matchs, je le fais depuis toujours. Je n’ai jamais rien demandé à personne avant. Mais ce jour-là, je ne sais pas pourquoi, j’ai eu un bon feeling avec l’arbitre. Je savais que la coupure du jeûne allait arriver autour de la 64e minute. À la mi-temps, je lui ai demandé s’il était possible qu’il m’accorde 20 secondes, juste pour boire un coup. Sur le moment, Monsieur Jöllenbeck a réfléchi, fait la moue… ça avait l’air un peu compliqué… Puis il m’a dit de lui faire signe quand même, vers la 62e. Je l’ai fait et il a arrêté le match, le temps d’une petite pause.

AF : Avez-vous été surpris ?

M. N.: Oui, complètement. Je lui ai demandé à la mi-temps, sans vraiment penser qu’il allait le faire. Je tiens à le remercier, parce qu’en plus, quand il a arrêté le match, je me suis dépêché pour aller boire, mais il est venu vers moi pour me dire de prendre mon temps. Il n’était pas obligé de le faire non plus. S’il ne l’avait pas fait, j’aurais trouvé ça normal. C’est ce qui rend son geste encore plus beau. Il a été très pédagogue.

AF : Faut-il le systématiser ?

M. N.: Je ne veux pas répondre à ça. Je ne suis pas un porte-parole. Pour moi, il s’agissait d’un acte anodin. Je ne veux pas entrer dans ce débat. Si je prends la parole, c’est surtout pour saluer le geste de l’arbitre. D’ailleurs, quelques jours plus tard (le 11 avril), un autre arbitre (Bastian Dankert) l’a fait aussi, pour que Mohamed Simakan (Leipzig), un autre Français, puisse également boire un peu pendant le match. La Ligue allemande a réagi en indiquant qu’aucune règle n’interdisait aux...

Contenu réservé aux abonnés

50 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire