la revue
Écosse
"Old Firm", bien plus qu'une guerre de religion ! Abonnés
"Old Firm", bien plus qu'une guerre de religion !

Vu de l’étranger, the Old Firm, le derby de Glasgow entre le Celtic et les Rangers, relève du conflit religieux. Mais, en près d’un siècle et demi, la société écossaise a bien changé.


L’histoire vulgarisée est bien connue : en novembre 1887, Brother Walfrid, un immigré irlandais débarqué dans les quartiers insalubres de l’est de Glasgow pour échapper à la famine, fonde le Celtic Football Club. Conscient de l’essor du football, l’ecclésiastique y voit une occasion en or de générer des fonds et de pallier les besoins alimentaires et éducatifs de sa communauté. Le Rangers Football Club, l’aîné, fondé en 1872 sans connotation religieuse au départ, voit d’un mauvais œil l’arrivée de cet encombrant rival d’une foi différente. Une féroce rivalité multiséculaire s’installe.

Tout ne débute pas dans le sang et les larmes. Le Celtic est performant dès sa création, mais les Rangers sont moribonds et les clubs cadors de l’époque se nomment Dumbarton ou Queen’s Park. Ce n’est que lors de la saison 1893-94, lorsque les Rangers élisent domicile tout près des chantiers navals de Govan, où travaillent les ouvriers protestants qualifiés, que le club trouve un nouveau public, motivé par une série de quatre victoires consécutives face à un voisin ne cachant pas sa sympathie pour le mouvement nationaliste irlandais. Mais, avant l’heure, les supporters des deux clubs luttent ensemble contre le foot-business : alors que le replay de la finale de la Cup 1909 se termine par un match nul, ils suspectent un résultat arrangé pour que soit jouée une troisième rencontre afin d’engranger plus de recettes. N’appréciant que modérément d’être pris pour des vaches à lait, ils ravagent terrain et guichets.

Des tensions importées d’Ulster

Cette alliance de circonstance ne masque pas très longtemps les problèmes sociétaux de l’Ouest de l’Écosse. Contrairement à des villes comme Liverpool ou Manchester, la vague d’immigration provoquée par la grande famine qui a ravagé l’Irlande de 1845 à 1852 n’est pas exclusivement catholique. Un nombre significatif d’Irlandais unionistes et protestants, descendants des colons...

Contenu réservé aux abonnés

83 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire