laRevue
Économie
On ne rentabilise aucun transfert en vendant des maillots ! Abonnés
On ne rentabilise aucun transfert en vendant des maillots !

Dans le milieu des équipementiers, personne ne parle… sauf lui, pour qui les stratégies d’Adidas, Nike ou Puma n’ont plus de secret. Il a ses entrées partout et c’est pour les garder qu’il témoigne incognito.

Quel est le club qui vend le plus de maillots ?

Le duo Real Madrid-PSG domine le marché. Ils vendent environ 1 million de maillots par an. Le Real, c’est simple, c’est le meilleur club au monde, la marque de football la plus forte. La communauté des fans de foot s’identifie au Real. Le PSG, c’est plus orienté lifestyle. Son association avec la marque Jordan y a contribué. Si demain, ils arrêtent avec Jordan, ils perdent 60 % de leur business, c’est énorme.

Et Manchester United ?

Il y a dix ans, ils étaient au sommet, mais ils ont plongé. Le club n’a pas évolué. Il a une image vieillotte. Manchester était très fort en Angleterre et en Asie, mais ne parlait pas à grand monde en Europe. Manchester United s’est trop reposé sur ses acquis.

Comment modernise-t-on l’image d’un club ?

À Paris comme ailleurs, on change de logo. Et on capitalise sur ses stars. Au PSG, Ibra, Neymar… La marque y a gagné une vraie valeur, qui s’ajoute au logo avec la tour Eiffel, très porteur à l’international. En Chine, ils achètent du PSG sans avoir jamais vu un match du club. C’est comme le mec qui achète une casquette des New York Yankees sans avoir assisté une seule fois à un match de baseball. Tu achètes le produit parce qu’il est cool. Le PSG fait aujourd’hui plus de business en France que Manchester en Angleterre ou le Barça en Espagne. On dit que le PSG est un club détesté, mais en France, il fait cinq fois plus de business que l’OM – ce qui n’empêche pas les gens de continuer à dire que Marseille est plus populaire que Paris. Ça ne se traduit absolument pas dans les chiffres. Ça fait sept ans qu’il n’y a plus de...

Contenu réservé aux abonnés

85 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire