laRevue
football professionnel
On peut vivre sans gagner Abonnés
On peut vivre sans gagner

Jeu devenu sport, divertissement devenu métier, le football a beaucoup évolué au cours des dernières décennies. Au point d’emprunter l’autoroute de l’élitisme ? Toutes les réformes vont dans ce sens : les meilleurs restent avec les meilleurs, les riches avec les riches. Mais faut-il nécessairement être fortuné et en position de gagner pour exister au XXIe siècle ?


Jauger les transformations du football à l’aune de l’évolution de la société est une tendance très répandue. S’il y a de la violence dans les stades, c’est parce que la société est de plus en plus violente. Si le football est gangrené par la corruption et les magouilles en tout genre, c’est parce que la société s’adonne aussi à ces vices. La conclusion est implacable : le football est le reflet de la société. L’hyper-individualisation, l’égoïsme et la défense de ses intérêts au détriment de l’intérêt collectif alimentent le parallèle.

De cette manière, il devient facile d’expliquer les différentes réformes passées, ainsi que celles qui s’annoncent. La Super Ligue et la Ligue des nations, qui fonctionnent par division de niveau, en sont deux superbes exemples. Des propositions uniquement motivées par l’élitisme et l’appât du gain. D’aucuns suggèrent d’ailleurs que les éliminatoires de la Coupe du monde pour le continent européen devraient se calquer sur le modèle de la Ligue des nations. C’est le point de départ de cette réflexion : faut-il être capable de gagner pour exister ?

Le déclassement des petits au profit des plus gros

Saint-Marin, Andorre, Îles Féroé, Liechtenstein, Luxembourg, Chypre… ce sont les noms de ces petites nations appelées au déclassement par ceux qui souhaitent des éliminatoires par divisions. Elles sont sacrifiées sur l’autel de la performance. Si le football ne devait se résumer qu’à cela, parlerions-nous encore de jeu ? Si le seul résultat devait présider au fonctionnement des compétitions, évoquerions-nous encore les émotions provoquées par les rebondissements d’un match spectaculaire, d’un geste technique, d’une ambiance de stade ? Par quel mystère sommes-nous devenus assez cyniques pour vouloir nous priver de cohabitation entre les petits et les grands, les très riches et les rois de la débrouille ? Cette cohabitation n’est pas censée remplir les...

Contenu réservé aux abonnés

75 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire