la revue
Grand entretien
OUIIIIII MICHEL ! Abonnés
OUIIIIII MICHEL !

Parler foot avec Michel Platini ! Nous en rêvions depuis la création de l’After, en 2006. Mais avait-on vraiment essayé de le rencontrer ? Pas tout à fait. C’est un peu comme si on n’avait jamais osé déranger «la légende ». Il était temps de devenir adulte. C’est pour la revue que notre joueur préféré a accepté de nous recevoir, chez lui, au Bistrot de Nino, sur le port de Cassis. Souriant, chaleureux, plus chambreur encore que Jérôme Rothen, il nous a immédiatement invités à le tutoyer. À l’aise, on a entamé le déjeuner et la conversation…


LE GRAND ENTRETIEN


AFTER FOOT : Dans l’After, on combat souvent le poncif « dans le foot on ne retient que les vainqueurs » ? Tu es d’accord avec nous ?

Michel Platini : Dans l’immédiat, oui, on retient les vainqueurs. Mais dans l’histoire, non. Ce sont ceux qui ont donné des émotions qui restent dans l’histoire, pas ceux qui ont gagné. Cette phrase est bonne pour les journalistes d’aujourd’hui, qui ne jurent que par les statistiques. Quand tu ne sais pas parler d’autre chose, tu parles statistiques.


AF : Pour toi, les stats ne servent à rien ?

Michel Platini : J’en ai lu une hier : le PSG est l’équipe de Ligue 1 qui court le moins, et pourtant ils sont premiers du championnat. Donc, à quoi servent les stats ? Ce n’est pas parce que tu cours beaucoup que tu vas gagner les matchs. C’est comme de dire que tel joueur a fait 97 passes, c’est une stat qui ne sert à rien.


AF : Daniel aime bien la stat des « ­expected-goals », moi moins. Et toi ?

Michel Platini : C’est quoi, ça ?


AF : C’est, par exemple, le mec seul face au but qui tire au-dessus. Ça devait être un but, mais ce n’en est pas un.

Michel Platini : Alors, c’est un gros nul, l’avant-centre, qu’il change de métier (rires) ! Mais tu le vois bien, que le mec a loupé des occasions, tu n’as pas besoin qu’on te le dise. En 1998, tu as bien vu toutes les occasions que Guivarc’h a loupées.


AF : Dans les souvenirs que les gens évoquent avec toi, il y a des victoires et des défaites. Des quelles te parle-t-on le plus finalement ?

Michel Platini : Ce n’est pas toujours un souvenir bien précis....

Contenu réservé aux abonnés

96 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter