la revue
Supporters
Populiste par nature Abonnés
Populiste par nature

Le microcosme du football professionnel n’est pas exempt de relents populistes, mais le jeu lui-même, par les valeurs qu’il transmet et la diversité de populations qu’il attire, est l’antidote.


La simplicité d’accès au football, ses ressorts dramatiques, sa séduction télégénique sont à la fois la clé de son succès planétaire et sa malédiction. Ils l’ont mené vers une professionnalisation rapide, à la suite du kidnapping de ce loisir d’aristocrates britanniques par le prolétariat des cités industrielles. Cette professionnalisation a à la fois représenté un bienfait – permettant de pérenniser la pratique, de perfectionner le jeu, de l’enraciner profondément dans la société – et un fléau – créant un microcosme avide de profiter des effets secondaires de cette immense popularité. Sur le plan économique, certes, mais aussi sur les plans politique et social.

Bien entendu, il n’y a guère de sens à qualifier le football lui-même de politique. Il y eut une période, notamment dans les années 1970-1980, où certains se sont efforcés de distinguer entre football de gauche et football de droite. Franchement, c’était moyennement convaincant à l’époque, ça l’est encore moins aujourd’hui. C’est vrai aussi qu’il y eut la démocratie corinthiane de l’inoubliable Sócrates, mais cette belle anecdote d’un collectif humaniste n’a fait que démontrer que le football se prête davantage que d’autres sports à l’instrumentalisation politique. Le foot en soi, c’est évident, n’est pas plus politique que le badminton, le kayak ou le tir à l’arc.

Naturellement, les foules qu’attire le football, comme les flots médiatiques qu’il déclenche, ne peuvent que séduire les leaders politiques, toujours en quête d’une proximité affichée avec le peuple, cette entité indéfinissable, imaginaire, qu’ils voudraient réduire au singulier alors qu’elle n’existe qu’au pluriel. Alors, on les accuse de faire de la récupération, on les traite d’hypocrites, voire, injure suprême, de populistes. Pourquoi pas ? Après tout, ce mot aux contours flous est tellement élastique qu’il désigne tout et son contraire.

Le populisme, kézako ?

Une clarification conceptuelle s’impose. Cela tombe bien :...

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire