la revue
Portugal
Portugal, entre clubisme et patriotisme Abonnés
Portugal, entre clubisme et patriotisme

Les apparences sont parfois trompeuses : associés sur le même drapeau, le vert, le rouge et le bleu peinent à s’unifier et la Seleção portugaise souffre d’un déficit d’amour au profit des clubs. Ses victoires et les réussites des Figo, Ronaldo ou Mourinho n’effacent pas toujours certains réflexes identitaires. Explication d’un héritage qui peut virer à la schizophrénie.

Au Portugal, nous avons une culture clubistique, mais pas nationaliste » : en mars 2019, alors que la Seleção sort de deux nuls en éliminatoires de l’Euro 2020, António Simões pose les bases d’un débat qui remonte, déjà, au temps où il était joueur. Vainqueur (entre autres) de la C1 1962 avec le Benfica Lisbonne, troisième du Mondial 66 avec le Portugal, l’ex-attaquant témoigne d’« un problème culturel et non footballistique ». Le Portugal est-il vraiment, comme il l’affirme, un pays de clubs plus que de sélection ?

Au Portugal, au-delà de la « culture clubistique » évoquée par Simões, il y a le clubisme, dévotion exclusive, souvent excessive, à son club de cœur. Une affaire à trois. João Sedas Nunes, docteur en sociologie de la culture à la Faculté des sciences sociales et humaines (FCSH) de Lisbonne, a publié en 2007 une thèse sur les Cultures des supporters de football au Portugal. Selon lui, « la spécificité des amateurs de football portugais est qu’à pratiquement 90 %, ils se disent supporters de trois clubs seulement : Benfica, FC Porto, Sporting ». Et que le club est un héritage familial, avec un « phénomène de reproduction de l’ordre de 70 %. Au fond, c’est la rencontre entre deux amours, quand les filiations parentale et clubistique convergent ».

« Porto était à l’arrière du bus, le Benfica devant, le reste au milieu »

Les problèmes surgissent lorsque les amours divergent. Avec la Seleção comme scène de ménage. « Dans les années 1980, la sélection était l’expression de conflits sportifs existants, qui avaient aussi une nature politique, se souvient João Sedas Nunes. On les retrouve dans l’expérience des joueurs sélectionnés. » International entre 1983 et 1995, Paulo Futre revenait, en mai dernier, sur Canal 11, sur ses années en équipe nationale :...

Contenu réservé aux abonnés

86 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire