la revue
Portugal
Portugal : le grand petit pays du foot Abonnés
Portugal : le grand petit pays du foot

Dans l’ombre des ligues blindées, le football portugais est condamné à bricoler, échafauder, buriner pour (sur)vivre. Savoir (se) vendre est une nécessité assumée, décomplexée et sans cesse réinventée. Cristiano, Mourinho, Mendes ou Campos le prouvent : ce n’est pas la taille qui compte.

Foot portugais, ça va parler oseille ! Jingle juste prix ! » #LesVraisSavent. Ils savent qu’au Portugal, où le foot est une valeur qui n’a pas de prix, il y a un moment que le rationalisme s’est substitué au romantisme. Un joueur est un actif, le foot pro un business, les bilans comptables des clubs des lectures obligatoires, au même titre que celles des quotidiens sportifs A Bola, Record et O Jogo.

C’est dans les années 1990 que le futebol prend le virage du foot business. L’entrée du Portugal dans l’Union européenne (1986) est suivie d’un boom économique. Le pays, qui, sous l’interminable dictature salazariste, idéalisait l’autarcie, se privatise, se libéralise. Le ballon rond aussi. En 1997, naissent les premières sociétés anonymes sportives. Celles du Sporting et du FC Porto se lancent, un an plus tard, sur le marché boursier. À titre de comparaison, l’Olympique lyonnais devient en 2007 le premier, et seul club français jusqu’ici, coté au STOXX Europe Football Indice (FCTP). Ce succès mesuré trahit néanmoins une perpétuelle quête d’argent, dans un univers plutôt hostile.

« LE FOOT PORTUGAIS EST UNE GRANDE PUISSANCE COMPARE À LA TAILLE DU PAYS »

Alors que le serpent de mer de la Ligue fermée revient, la couleuvre pourrait être difficile à avaler pour les Portugais. Aucune équipe de leur Liga ne figure dans le bling-bling et déglingué projet des championnats milliardaires. Pas assez friquées. Les budgets du Benfica et du FC Porto avoisinent les 100 millions d’euros. Le Sporting suit. Les autres essuient… les plâtres, depuis très (trop) longtemps. À l’image de ce que pourrait être la condition du football portugais à l’échelle continentale.

Le dernier club hors Big 4 à avoir remporté la Champions et l’Europa League est le FC Porto, respectivement en 2004 et 2011. Cela commence à dater. La...

Contenu réservé aux abonnés

89 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire