la revue
Religion
Renier sa religion pour le business Abonnés
Renier sa religion pour le business

Pendant plus d'un siècle, le sport est resté à l'écart de l'économie, de la politique et de la religion. Victime de son succès, il en veut désormais toujours plus – de pratiquants, de spectateurs, d'argent. Et a dû réexaminer sa doctrine. Pour le meilleur ou pour le pire ?


L'Europe est le berceau du mouvement sportif mondial, de son organisation et de son modèle de gouvernance. Il est né en particulier du Comité international olympique (CIO), dont le fondateur est français. Le baron Pierre de Coubertin a inventé les JO de l'ère moderne et le concept de « religio athletae », la religion de l'athlète. Il consiste à tenir l'individu sportif à l'abri des religions, au profit d'une autre religion, laïque, qui repose sur le fair-play et un respect chevaleresque. C'est elle qui a longtemps permis à chaque sport de se diffuser, d'abord en Europe puis dans le monde, en s'appuyant sur ses fédérations et confédérations.

Un changement tout sauf neutre

De tout temps, le mouvement sportif a cherché à se préserver des sphères publique et privée. Pour ce faire, il a d'abord imaginé un système d'administration original, fondé sur le bénévolat de ses dirigeants, l'amateurisme de ses pratiquants et la répartition des responsabilités entre le national (fédéral) et l'international (confédéral). À Athènes, en 1896, avec 14 nations et 241 athlètes (aucune femme) engagés dans 10 disciplines, il n'y avait rien là d'impossible. Mais à Mexico, en 1968, les JO accueillaient 112 délégations, 18 sports, 172 compétitions, 5 516 athlètes (dont 781 femmes). Pour faire face aux coûts d'organisation qui se sont envolés, les compétitions ont dû être commercialisées. Quand on sait qu'à Tokyo, l'été dernier, se sont affrontés plus de 11 000 athlètes (dont 48 % de sportives) représentant 205 délégations…

Le football n'a pas échappé au mouvement. 16 sélections ont pris part à la Coupe du monde de 1930 en Uruguay. Elles seront 48 en 2026, aux États-Unis, au Canada et au Mexique. En club, l'inflation est plus récente. Elle date de 1996, année de l'arrêt Bosman. Depuis, vendre plus pour dépenser plus est le credo de...

Contenu réservé aux abonnés

76 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire