la revue
Rio ne répond plus Abonnés
Rio ne répond plus

Impossible de parler football et beau jeu sans évoquer la sélection brésilienne, souvent présentée comme la meilleure du monde. Les médias ont contribué à construire le mythe, puis à le défaire.


Le Brésil fait partie de l’histoire du football : introduit dans le pays par les Anglais dans la seconde partie du XIXe siècle, il s’est surtout développé grâce à l’immigration et aux classes populaires, les Britanniques lui préférant le rugby, son amateurisme et son élitisme aristocratique. Le football s’est diffusé dans les années 1910, avant de se structurer en clubs dans les années 1920. Création de championnats, vraie professionnalisation, entamée dès 1933, le Brésil était prêt à devenir le pays du football, qui, dans les années 1930-1940, se démocratisait et devenait partie prenante de la culture populaire. Ce sont les « dominées » qui lui ont conféré son identité brésilienne, héritée, selon le sociologue et écrivain Gilberto Freyre, des populations indiennes et noires, du métissage et de l’hybridation de la société. Cette identité était associée à la figure mythique du malandro, le voyou, sorte d’Arsène Lupin d’Amérique du Sud : le dribble, la feinte de corps, le beau geste, le joga bonito… étaient la traduction, sur le terrain, du mode opératoire de ce héros interlope.

2014 : Les larmes brésiliennes après la victoire historique de l'Allemagne en demie-finale de Coupe du Monde.
2014 : Les larmes brésiliennes après la victoire historique de l'Allemagne en demie-finale de Coupe du Monde.

Genèse d’un mythe

Depuis 1938 et la Coupe du monde en France, où le Brésil a ébloui l’Europe pour la première fois, notamment lors de la demi-finale jouée et perdue au Stade Vélodrome contre la Squadra Azzurra, les médias du monde entier décrivent son football comme exotique, musical et esthétique. Journaliste et ancien joueur, Lucien Gamblin raconte que les Brésiliens ne cessaient « de rire, de jongler avec le ballon, de dribbler à l’infini et de pratiquer un football compliqué pour amener le ballon devant les buts » (dans Histoire du football, de Paul Dietschy). Deux joueurs noirs en étaient les vedettes : l’attaquant Leônidas da Silva, inventeur...

Contenu réservé aux abonnés

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire