la revue
Portugal
Salazar, Fado, Fátima, football et fantasmes Abonnés
Salazar, Fado, Fátima, football et fantasmes

Cinquante ans après la chute du salazarisme, le supposé intérêt du dictateur pour le football continue d’animer les apéros de nombreux Portugais. Petit guide diplomatique à déballer avant l’arrivée des bifanas.


Au moment où la discussion va devenir tendue, pas la peine d’aller sur Wikipédia pour donner du poids à tes arguments. Wiki écrit : « Le Triple F (en portugais : três F) désigne la trilogie fado, Fátima, football. Il symbolisait les valeurs portugaises sous la dictature de António de Oliveira Salazar. » Sauf que… (imagine-toi la voix de Gilbert en plein quiz) : « C’est pas bon ! » Ce triptyque, cultivé après la révolution pour caricaturer le Estado Novo, l’État Nouveau, ne saurait représenter l’indigeste régime qui a gangrené le Portugal entre 1933 et 1974. L’incarnation du pouvoir s’appelait alors Salazar. Sa devise était : « Dieu, Patrie et Famille ». Cet ex-séminariste cultivait autant la foi catholique, portée par les apparitions mariales de Fátima (au cours de l’année 1917), qu’il dédaignait le fado d’Amália Rodrigues (qu’il surnommait « a criaturinha », la petite créature) et se désintéressait du football d’Eusébio. Calma ! Pose ton verre, on va t’expliquer…

« Les effets maléfiques » du foot

Dans l’imaginaire que se sont bâti nombre de « lusos », Salazar était sympathisant du Benfica. Pour preuve, ils comptent les titres conquis par les Aigles entre la naissance de l’État Nouveau et la révolution des Œillets, qui marque le retour de la démocratie. Le SLB a remporté 36 trophées nationaux dans cette période, contre 26 pour le Sporting, 9 pour le FC Porto et autant pour le reste des clubs. D’autres retiennent les années fastes du système (1933-1949) et constatent que c’est le Sporting, historiquement élitiste, qui en ressort le plus fort, avec 12 titres. Salazar sportinguiste, alors ?

Comme l’écrit l’historien Ricardo Serrado dans son ouvrage O Estado Novo e o futebol (L’État Nouveau et le football, non traduit) le Sporting est le « grande » comptant le plus de...

Contenu réservé aux abonnés

86 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire