la revue
PSG
Si j'étais président ...du PSG ! Abonnés
Si j'étais président ...du PSG !

Pour le titre de ce papier, j'avais le choix entre plusieurs options, dont « Moi président », mais ça sentait Hollande et l'échec à plein pif. J'ai donc opté pour « Si j'étais président » – heureusement, personne ne connaît cette référence surannée. J'aurais pu taper dans les citations de Kennedy, car on ne le sait pas assez, mais en termes de ce qu'on appelle aujourd'hui punchlines, Kennedy a tout inventé. « Ne te demande pas ce que le PSG peut faire pour toi, mais demande-toi ce que tu peux faire pour le PSG. » Moi, ce que je peux faire, c'est simple : le présider.


Autant que je me souvienne, j'ai toujours voulu être président du PSG. Le problème, c'est qu'il n'y a aucun chemin qui mène à ce poste, aucun diplôme qui conduise à la fonction de président de club. La norme, c'est d'avoir eu du succès dans une autre activité, avant. Président, c'est comme un deuxième «travail» dans une vie. Con-naître le foot n'est même pas une règle établie. C'est même plutôt l'exception. D'où le nombre de types qui se sont plantés, sont devenus fous, ont été dévorés par le système ou les trois en même temps. 

Mon profil n'est pas un handicap. En fait, il est parfaitement idoine. Honnêtement, qu'est-ce que Nasser al-Khelaïfi a de plus que moi ? Il a découvert le foot et le PSG il y a dix ans et il a obtenu le boulot parce qu'il était proche du prince du Qatar. À part un niveau de tennis qui doit être un peu supérieur au mien (mais ça reste à vérifier), je ne vois pas.

Plus sérieusement, Denisot, Biétry, Blayau, Bazin, sans parler de ce qu'ils ont fait pendant leur mandat, quelle était leur légitimité, en arrivant ? Je ne perdrai pas de temps à passer en revue les autres clubs de L1 et leurs patrons, mais dressez la liste, vous verrez. En essayant de ne pas rire quand arrivera le nom de Jacques-Henri Eyraud…

Le procès en légitimité écarté, entrons dans le vif du sujet.

Marier histoire et modernité. Les Anglais font ça très bien. Je le sais, j'ai couvert le championnat d'Angleterre pendant trois ans au milieu des années 2000. Ils se vautrent peut-être dans le libéralisme le plus débridé, mais, avant tout, les Anglais racontent une histoire et construisent des légendes. Un stade, des supporters, un maillot, des souvenirs. Un socle commun. Un chemin à...

Contenu réservé aux abonnés

89 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire