la revue
Un peu de nerf au micro, svp ! Abonnés
Un peu de nerf au micro, svp !

Ces dernières années, les commentateurs sportifs ont tous adopté le même ton. Comment se distinguer et rester naturel sans pour autant retourner aux années 1980-90 ? Existe-t-il une troisième voix ?


Êtes-vous déjà entré dans une boutique The Kooples ? Si ce n’est pas le cas, tentez l’expérience. Vous verrez, c’est beau, c’est propre, parfaitement achalandé. Pantalons, vestes, chemises, costumes, tout n’y est qu’élégance et sobriété, marron, noir, gris. Et cette impression que toutes les fringues se ressemblent. Rien ne dépasse, rien ne choque. Rien à dire. C’est chic et cool. Précisément ce que je ressens à l’écoute de la plupart des commentaires de foot à la télé. C’est beau, c’est propre. C’est parfait.

Les mêmes formules, le même ton, plus ou moins, à quelques expressions près. Les commentateurs sont interchangeables. Ils trouvent les frappes « somptueuses », les inspirations « géniales » et que, « ooooooh, elle est belle cette image, merci à Jean-Jacques Amsellem ». La voyelle s’étire, le but exceptionnel devient « le but exceptioneeeeeeeeeeel », la parole ne dévie jamais, la critique est contenue, l’information et les statistiques sont surabondantes, omniprésentes, pendant quatre-vingt-dix minutes. Mais il manque le plus important : l’émotion et l’engagement. Pour le jeu, pour le foot. Et la spontanéité, la colère ou la joie, qu’on ressent sur son canapé ou dans un bar avec ses potes.

Je suis un enfant des années 1980. À l’époque, je n’avais pas Canal. Longtemps, pour moi, le commentaire de foot s’est résumé à ces deux voix, toujours les mêmes : Thierry Roland et Jean-Michel Larqué. Deux potes un peu franchouillards, qui mataient un match, échangeaient et parfois digressaient. Le plus naturellement du monde. Sans filtre ou presque. « Et pourtant, on nous a parfois reproché d’être un robinet d’eau tiède. Si nous, on était un robinet d’eau tiède, alors aujourd’hui, c’est la banquise qui se déverse, se marre Larqué. Il me semble qu’on n’a jamais épargné les joueurs, les entraîneurs, les dirigeants, ce qui nous a valu...

Contenu réservé aux abonnés

85 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire