laRevue
Une histoire de foot : dimanche d'Octobre au Stadio Comunale Abonnés
Une histoire de foot : dimanche d'Octobre au Stadio Comunale

L’histoire du Torino est marquée par les tragédies. Avec la mort de « Gigi » Meroni, le 15 octobre 1967, et la victoire de son équipe la semaine suivante contre la Juventus, elle touche au sublime.

Rien de tout cela ne serait peut-être arrivé si Luigi Meroni n’avait pas égaré les clefs de son appartement. Ce 15 octobre 1967, chez lui, au Stadio Comunale, le Torino vient de s’imposer 4-2 contre la Sampdoria, préparant idéalement la grande affiche du week-end suivant, le derby de Turin. Avec Nestor Combin, un Franco-Argentin au visage d’indien, « Gigi » Meroni est la star du Toro. Le numéro 7 est un ailier vif au corps de freluquet. Sur le terrain, ses pattes maigrelettes valsent dans les défenses. Il a vingt-quatre ans. Il est beau, charismatique, résolument moderne. Provocateur, aussi. Il annonce déjà la couleur. Trois buts. Dans une semaine, il marquera trois buts à la Juventus. Rien que ça.

Il fait nuit sur le corso Re Umberto en cette fin de journée d’automne. Avec son copain Fabrizio Foletti, Meroni s’arrête au Zambon, un bar, pour appeler sa fiancée, la belle Cristina. Ces deux-là forment un couple magnifique et s’apprêtent à vivre heureux. Cristina a obtenu du Vatican l’annulation de son premier mariage. Jusque-là, ils vivaient en concubinage, une tare dans l’Italie conservatrice et cléricale des années 60. Cela n’empêche pas le couple de se montrer en public et de se retrouver en photo dans les pages people de Gente ou Epoca. À la sortie du café, Meroni et Foletti traversent le corso n’importe comment, à la manière des films de l’époque, sans doute. On imagine : les mecs en pantalons serrés et blouson de cuir, une clope à la main. Dans l’obscurité, gêné par la pluie et le trafic dense de l’après-match, un coupé Fiat 128 ne les voit pas et fauche les deux hommes à pleine vitesse. Projeté de l’autre côté de la rue, Meroni est renversé par une seconde voiture, qui le traîne sur 50 mètres. Foletti...

Contenu réservé aux abonnés

83 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire