laRevue
Médias
Vivre sans droits TV, c'est possible Abonnés
Vivre sans droits TV, c'est possible

Le foot français a rêvé au milliard que devait lui verser Mediapro, avant de déchanter. la course aux droits tv est-elle la seule possible pour améliorer le spectacle sportif ? Certains pays le montrent : vivre de peu, ce n’est pas la mort.

Peu de lecteurs se souviennent du temps où le football français craignait que la télévision ne vide les stades. Longtemps, on a opposé télé et billetterie. En 1965, le stade rennais a ainsi refusé 50 000 francs de l’époque pour la diffusion de l’un de ses matchs. La forte croissance de l’économie du football en Europe depuis le milieu des années 1990 s’explique en grande partie par l’augmentation des recettes télévisuelles. Les droits de retransmission domestiques des championnats du Big 4 se négocient aujourd’hui quelque 2 milliards d’euros annuels pour la Premier League, environ 1 milliard pour les autres ligues, hors droits internationaux payés par les télés étrangères pour diffuser dans leur pays, qui varient de 240 millions pour la Bundesliga à près de 1,6 milliard pour le championnat anglais. Ils ne comprennent pas non plus les droits versés par l’UEFA aux meilleures équipes européennes pour la Ligue des champions – 2,4 milliards d’euros en 2019. La Ligue 1 devait rejoindre ce club de milliardaires en 2020. C’était avant le fiasco Mediapro. Le videur s’est fâché, la porte s’est refermée.



Pour les clubs qui privilégient la victoire plutôt que le profit, l’intérêt des droits TV est d’augmenter leurs revenus disponibles pour acheter de meilleurs joueurs et conquérir des titres. Mais comment font les autres, hors Big 4, France et, dans une moindre mesure, Turquie et Portugal ? Autrement : la plupart des équipes des autres championnats européens ne vivent pas que des droits TV. Le chiffre d’affaires de ces clubs est, il est vrai, bien moindre : d’environ 150 millions d’euros en Autriche et au Danemark à 500 millions d’euros aux Pays-Bas. Les sources de revenus alternatives aux droits TV y prennent une place relativement plus importante.

UN MODÈLE ÉCONOMIQUE DIFFÉRENT

Prenons les championnats intermédiaires que sont la Belgique, les...

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire