Les vérités que le monde du foot doit entendre

Arbitre : chronique d’une fonction maltraitée Abonnés
Publié le 27 septembre 2021
Arbitre : chronique d’une fonction maltraitée

OPINION. Si l’After s’est souvent positionné en faveur des arbitres, force est de constater que « l'homme en noir » est souvent bien seul face à la vindicte populaire. L'édito de Clément Dubois, abonné à la revue After Foot.

Depuis l’instauration du Var dans le football mondial, même l’After critique l’arbitrage, souvent à charge et largement à tort. Petites punchlines prises au hasard des consultants et autres journalistes de l’After : « celui-là il est nul », « c’est un cowboy », « il n’a aucune sensibilité de jeu », « il casse le jeu » (...)

Si les critiques se révèlent bien souvent injustes, elles demeurent également inaudibles et injustifiables. Les responsabilités sont multiples : instances, acteurs, les arbitres eux-mêmes, Micheline de la compta... et puis tout le monde le sait : il y avait faute sur Nilmar !

Au-delà de la blague, chaque semaine dans l’After on a des auditeurs qui soulignent la médiocrité de l’arbitre selon eux, car il a fait une erreur contre leur équipe. Mais la semaine suivante les mêmes trouvent normale la décision en leur faveur malgré une situation peu ou prou identique à la précédente.

Comme l’a souligné le sociologue Paul Yonnet : « l’erreur d’arbitrage a pour conséquence principale d’ouvrir les portes de l’agora, du forum, du débat public » et s’il était toujours en vie il parlerait forcément de l’ouverture du débat dans l’After. Sauf que tous les avis ne se valent pas. Une fois encore Daniel Riolo a raison en disant ça : rares sont les auditeurs/supporters objectifs sur les arbitres.

Mon propos ici est de prendre la défense des arbitres, moi-même arbitre de handball et ancien arbitre de foot, il faut considérer l’arbitrage avec détachement et ne pas voir en l’arbitre celui qui essaye de flouer les joueurs. Afin de ne pas être dépendant d’une décision arbitrale, aussi juste soit elle, il convient que les équipes, les joueurs les coachs mettent tout en ouvre pour que l’interprétation de l’homme au sifflet n’influence pas le résultat : jeu chatoyant,...

Contenu disponible gratuitement

54 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter