Les vérités que le monde du foot doit entendre

Contre l'américanisation du foot, défendons notre histoire Abonnés
Publié le 14 mai 2021
Contre l'américanisation du foot, défendons notre histoire

Alors que l’Américanisation du foot est en marche, et pas seulement depuis le projet avorté de la Super Ligue, il est temps pour l’Europe de se souvenir de son histoire, même récente, pour sauver ses institutions.

On a beaucoup entendu ces dernières semaines que le football n'était pas seulement un business mais aussi un jeu, parfois même un spectacle. Mais c'est aussi une histoire. Deux clubs qui ont marqué mon enfance en sont les témoins : Le FC Barcelone et Liverpool. Deux clubs qui n'ont pas tout misé sur l'argent pour briller.

Commençons par le Barça, qui est certainement l’une des plus grandes équipes de ces vingt dernières années. Le club catalan a su s'appuyer sur son centre de formation nommé « La Masia » qui a vu sortir des joueurs tous aussi talentueux les uns que les autres durant les années 2000-2010. Le club a construit son succès sur cette formation et a connu une période de domination exceptionnelle, dont l’apogée se situe en 2009, lorsque les Blaugrana ont réalisé le sextuplé : Championnat, Coupe d’Espagne, Ligue des champions, Supercoupe d’Espagne, Supercoupe d’Europe et Coupe du monde des clubs. Pendant la saison 2012-2013, lors d’un match de championnat face à Levante, le Barça a même aligné un onze composé uniquement de joueurs formé à « la Masia » et quel onze : Valdés, Piqué, Puyol, Montoya, Alba, Busquets, Iniesta, Xavi, Fabregas, Pedro, Messi ! Ce Barça-là offrait un véritable spectacle, au point que parfois, on ne regardait plus un match, on regardait une équipe. Un style de jeu précis, un 4-3-3, une possession de balle souvent supérieure à 70%, des latéraux très haut, des joueurs tous aussi techniques les uns que les autres, une merveille.

SI le grand Barça a dû se renouveler, si des immenses joueurs tels que Xavi, Inesta, Puyol, ne se remplacent pas comme ça, la politique de recrutement a aussi été désastreuse et le club s'est retrouvé en difficulté. Le changement de politique est brutal. Quelques exemples : Dembélé 135 millions d’euros, Coutinho 120 milllions d’euros, même somme pour Griezmann :...

Contenu disponible gratuitement

65 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter