Les vérités que le monde du foot doit entendre

Il y a 30 ans : le dernier Bari(ssement) du foot populaire Abonnés
Publié le 29 mai 2021
Il y a 30 ans : le dernier Bari(ssement) du foot populaire

La Super Ligue avortée des 12 salopards vient juste rappeler que la C1 est morte le 29 mai 1991 à Bari. L’UEFA s’offusque aujourd’hui. Mais c’est bien elle qui a lancé le processus et elle le poursuit…

Il y a 30 ans que la Coupe d’Europe des clubs champions n’est plus. La Coupe aux grandes oreilles est bien morte en Italie à Bari le 29 mai 1991. Elle réunissait jusque-là l’ensemble des équipes championnes de leur pays, soit les meilleurs de tous les pays affiliés à l’UEFA. La C1 a baissé son rideau lors d’une soirée durant laquelle la princesse phocéenne s’est fait braquer par une caillera balkanique du ballon rond. La dernière « vraie » C1 rendait en effet son verdict à l’issue d’un match classé comme l’un des plus pourris de son histoire. Ce fumeux OM-Etoile rouge est charnière pour le football européen.

L’OM-Bayern attendu en 91 n’a jamais eu lieu…

Tout amateur de football en France et en Yougoslavie a un souvenir de cette soirée du 29 mai 1991. Tous attendaient cette 100e finale continentale. Quand le tirage au sort aligne des demi-finales Est-Ouest avec un Spartak-OM d’un côté et un Bayern-Etoile rouge de l’autre, tout le monde (à l’Ouest) espère le prometteur olympien contre l’expérimenté bavarois en finale. Le scénario est idéal. Les hauts dignitaires de l’UEFA se frottent alors les mains. Bari se présente comme l’étendard d’une compétition européenne entre gens civilisés, plutôt fortunés et générateurs d’audience.

Les Marseillais s’attendent à une revanche de 1976. La France va enfin laver l’affront et le contentieux footballistique avec l'Allemagne. Bref, une finale de rêve pour tout un peuple. Il faut reconnaitre que de leur côté, les Allemands s’en foutent un peu. Ils engrangent, les Allemands, sans calcul.

Une bande organisée a cassé le délire de la 100e C1

En demies, les Yougos sortent le grand jeu technique et tactique à Munich à l’aller (2-1), là où jamais personne n’avait encore gagné en Coupe d’Europe. Ce match reste l’un des plus impressionnants de l’histoire de la...

Contenu disponible gratuitement

70 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter