Les vérités que le monde du foot doit entendre

Le Covid s'estompe mais le foot reste malade Abonnés
Publié le 13 septembre 2021
Le Covid s'estompe mais le foot reste malade

La dépression ne touche pas uniquement Benoît Paire et le tennis français Porte d'Auteuil. Les amateurs de foot aussi.

Une fatigue latente s'est insinuée dans les têtes de tous ceux qui font vivre le système footballistique. Le "Football Circus" nous a moins séduits cette saison.

Plus grave encore, les footballeurs ont semblé être de moins en moins aptes à se démultiplier, à se surpasser sur le terrain. À force de les surmener avec chaque année un calendrier toujours plus chargé, c'est le Football qui en ressort perdant. Après une  saison marquée par les blessures toujours plus nombreuses et le  contre-pressing de la pandémie, les joueurs arrivent bien entamés pour  l'Euro. À peine deux semaines pour récupérer et se préparer  collectivement, je vous l'annonce, ce n'est pas pour la qualité du jeu  proposé que l'on va s'enthousiasmer dans notre canapé.

Le  constat est clair, l'attractivité du football est en berne, et ce dans  tous les championnats. Nous le ressentons tous. Le feuilleton du  week-end ressemblait davantage à une téléréalité. Nous regardons les  joueurs derrière notre écran passivement. Personne pour les applaudir,  ni pour les huer. Les rebondissements de la série n'avaient plus la même  saveur, l'imprévisibilité de ce jeu en était même entachée. Passons  l'épisode "SuperLigue" et ses 12 salopards voulant tuer l'universalité  du "Beautiful Game".

Malgré  un suspense en Ligue 1 digne d'un bon film Hollywoodien, tous les  supporters lillois ou parisiens ont dû regarder leur équipe impuissants  devant la TV. Sans stades à  guichets fermés depuis plus d'un an désormais, l'intensité des matchs du  week-end ressemblait plus à Dijon-Nantes que Marseille-Lille. Mais  selon les dirigeants du football français, le problème est désormais  réglé. La solution miracle  pour (enfin) briller à l'échelle européenne : passer de 20 à 18 clubs.  Peu de monde est convaincu par cette "SuperLigue 1".

Par  ailleurs, malgré les bulles sanitaires, les protagonistes ne sont pas  hermétiques à cet environnement de crise. Chaque acteur se demande  naturellement : "à quoi ça sert que je marque ?...

Contenu disponible gratuitement

27 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter