Les vérités que le monde du foot doit entendre

Le foot comme vecteur d’intégration Abonnés
Publié le 28 décembre 2021
Le foot comme vecteur d’intégration

Le football, souvent perçu par la « bourgeoisie des centres villes » comme un sport de voyous, de racailles ou de cité, est avant tout un sport générateur de culture commune.

Depuis la fin des années 1980, face à la crise du lien social, le foot a régulièrement été présenté comme un levier d’intégration sociale dans certains quartiers populaires.

La désorganisation sociale est constatée dans de nombreuses zones « oubliées » par les politiques publiques (Epinal, Vénissieux, Marseille, la Seine Saint Denis, le Val de Marne, mais aussi certaines zones rurales).

L’intégration demeure un but, une visée essentielle, les jeunes ayant besoin de se raccrocher à cette voie, les individus doivent s’inscrire dans une solidarité organique, en adhérant à des buts et des valeurs républicaines que les règles de la vie en société imposent.

Les travaux de recherche sur le terrain (pas dans le café Pouchkine ou dans les salons bobos de la Cité internationale de Lyon ou au Negresco de Nice) exhortent à penser le jeu de football non comme un défouloir mais plutôt comme le résultat d’un processus de socialisation.

Le football est créateur de culture commune, tant du point de vue des émotions (rappelez-vous vos souvenirs d’enfance, vos joies, vos déceptions…), de l’identification (les maillots, la culture ultra, les chants de supporters…), que du plaisir d’être ensemble, de partager quelque chose de commun.

Le football devient, dès lors, une forme de vivre ensemble, de mixité, d’émotions partagées. En un mot, il est un moteur de cohésion sociale.

Christian Bromberger décrit l’équipe de football comme le reflet, certes idéalisé, de la pluralité des populations et des appartenances.

Le football incarne les principes d’identité locale et forme régulièrement un bouclier face à la stigmatisation dont certains font l’objet (les Cht’is derrière Lens, les ultras de tous les clubs, la province face à la capitale, les campagnes face aux villes…).

Le pouvoir intégrateur des clubs est réel pour les populations fragilisées. Dès lors le joueur de foot a un devoir d’exemplarité...

Contenu disponible gratuitement

50 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter