Les vérités que le monde du foot doit entendre

Niko Kovac : comme un ouragan Abonnés
Publié le 2 janvier 2022
Niko Kovac : comme un ouragan

Dix-huit mois après avoir été débarqué du Bayern Munich, l'entraîneur germano-croate de l'AS Monaco a été renvoyé par ses dirigeants. Contre toute logique sportive.

eIl ne sera resté qu'un an et demi à la tête du club de la Principauté. Pour la nouvelle année, Niko Kovac a donc reçu des étrennes à six chiffres en échange de la demande express de ses supérieurs de faire place nette. À l'image de Thomas Tuchel, l'année dernière, au Paris Saint-Germain. Sauf que dans six mois on ne devrait pas voir l'ancien international croate soulever la Coupe aux Grandes Oreilles, à moins que Klopp, Guardiola ou encore Nagelsmann ne se fassent eux-mêmes limoger avant la fin du mois. Ce dont on peut douter. Le parallèle avec l'entraîneur allemand s'arrête donc là.

À chaque début de saison, les médias spécialisés lancent de temps à autre des paris purement virtuels pour savoir quel technicien sautera le premier. Divers noms sont alors proposés, mais tous ont pour point commun d'être à la tête de clubs sportivement, voire aussi institutionnellement, en grand danger. Ce qui peut se comprendre pour la très grande majorité des observateurs et des passionnés. Or sur ces deux plans, sportif et institutionnel, du côté de La Turbie, il n'y a pas péril en la demeure. D'où cette perception qu'on peut avoir, et que j'ai, d'où ce papier, du limogeage de Niko Kovac et de son remplacement d'ores et déjà acté à l'heure où j'écris ces lignes par le belge Philippe Clement. Quelle perception, me direz-vous ? Elle tient en un mot : incongruité. Ou tout terme synonyme : bizarrerie, étrangeté, mystère, énigme, et caetera.

Le bilan de Niko Kovac en un an et demi passé sur le Rocher est plutôt que correct. Arrivé au mois de juillet 2020, il a terminé troisième de Ligue 1 et atteint la finale de la Coupe de France, perdue contre le PSG. Ces quatre derniers mots ne devant pas étonner. Il est...

Contenu disponible gratuitement

83 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter