Les vérités que le monde du foot doit entendre

Portrait : Diego Maradona Abonnés
Publié le 25 novembre 2021
Portrait : Diego Maradona

Le 25 novembre 2020, disparaissait l'une des plus grandes légendes du football mondial. Retour sur l’itinéraire agité d'un gamin en or.

Le 8ème de finale de la coupe du monde 1990 Argentine-Brésil et le match de poule de la coupe du monde 1994 Argentine-Grèce. De mémoire, ce sont les 2 seuls souvenirs que j'ai de Maradona en direct. Et encore, il s'agissait peut-être de résumés.

Tout le reste, les buts venus d’ailleurs, les titres, les blessures, les frasques, l'adulation d'un peuple, je l'ai appris en usant jusqu'à l'os les VHS de mon père. Un père qui enregistrait tout, à une époque où diffuser à la télé un programme d'une heure intitulé "Les 132 buts de la coupe du monde de football 1986" avait un sens. Et puis il y avait ce reportage d'Alain Vernon consacré aux numéros 10. Pour stade 2 il me semble, mais là encore les souvenirs sont flous. Diego y virevoltait en compagnie de Pelé, Zico, Platini, Suzic, Rivera et Schuster.

Comme j'imagine tous les amoureux du foot, j'ai passé beaucoup de temps devant les images et les hommages rendus à Diego Maradona le jour de sa mort et les suivants. Le mec était magnétique à un point tel que ça sonne faux de parler de lui au passé encore aujourd'hui. Et puis il y a cette évidence. Ce que nous savions déjà, mais qui ne s'impose qu'à la fin de l'histoire : l'œuvre de Maradona dépasse le cadre du foot et du sport. Devant ces images, qu'on soit fan de foot ou pas, qu'on soit fan de lui ou pas, on est très nombreux à avoir ressentie cette vibration difficilement définissable. Mélange de respect, d'admiration, d'identification ? Et surtout cette certitude instinctive d'être confronté à l'unique. En ce sens, Maradona nous touche au-delà des frontières et des appartenances.

Son décès a invité à la révérence, même si l'on n'a aucune affinité pour lui ou pour son domaine...

Contenu disponible gratuitement

56 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter