Les vérités que le monde du foot doit entendre

Poutine bientôt privé de finale de Ligue des champions ? Abonnés
Publié le 23 février 2022
Poutine bientôt privé de finale de Ligue des champions ?

A l’heure où les tensions entre la Russie et l’Occident refont surface, la finale de la prochaine LDC prévue à Saint-Pétersbourg en Russie est remise en cause. Mais la politique a-t-elle vraiment vocation à s’inviter dans le foot ?

Le 28 mai prochain doit se tenir la 67ème finale de la Ligue des Champions dans le Stade Krestovski de Saint-Pétersbourg. Le choix de ce stade a été validé en septembre 2019 par l’UEFA, à l’origine pour accueillir la finale de l’édition 2021 mais qui fut repoussée d’un an pour cause de pandémie. Mais voilà, l’actualité géopolitique a rattrapé la compétition. Des voix s’élèvent désormais afin contester ce choix, à l’instar du Premier ministre britannique Boris Johnson qui souhaite la délocaliser ailleurs, à Wembley par exemple. Notons que pour la 3ème fois consécutive, la finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes risque de se séparer encore de la ville hôte initialement choisie pourtant longtemps à l’avance. Souvenons-nous d’Istanbul en 2020 et 2021 qui dût céder sa place à Lisbonne et Porto en raison de la propagation galopante du Coronavirus. De plus, à la fin de l’année doit s’ouvrir la 22ème édition de la Coupe du Monde de Football, dont le choix du pays hôte, le Qatar, aura lui aussi fait couler beaucoup d’encre depuis son attribution en 2010, avec dans son sillage ses scandales de corruption et ses milliers d’ouvriers morts sur les chantiers de construction des stades, appelant beaucoup d’acteurs de tous bord a un boycott de la compétition.

Voilà que tous ces événements posent la question de l’intrusion du politique dans le sport. Es-ce-que les organisateurs de ces grands événements sportifs doivent infléchir leurs positions en tenant compte de critères purement politiques ?

Voilà une question qu’il convient de poser. Instinctivement, d’aucun serait tenté de répondre par la positive, eu égard au respect des droits de l’Homme, de l’écologie mais aussi à l’argent dépensé dans cette organisation. Combien de fois a-t-on vu des infrastructures à l’abandon à l’issue des compétions. Sans parler de tous ces stades qui...

Contenu disponible gratuitement

60 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter