Les vérités que le monde du foot doit entendre

Une blessure n'arrive jamais par hasard Abonnés
Publié le 20 mai 2021
Une blessure n'arrive jamais par hasard

La dimension psychologique dans le sport a longtemps été sous-estimée. Si on commence à l'accepter pour ce qui relève de la préparation mentale, ce n'est pas le cas pour d'autres domaines, en particulier les blessures.

Les plus anciens se souviennent de Bernard Pardo, milieu défensif, joueur de devoir, travailleur infatigable qui, au sommet de sa carrière, a été appelé en équipe de France où Michel Platini sélectionneur en avait fait un titulaire. Cependant les critiques pleuvaient, beaucoup estimant qu’il n’avait pas le niveau, qu’il n’apportait pas suffisamment etc. Un jour il se blessa, le train passa et on ne revit plus Bernard Pardo en bleu.

Un exemple parmi de nombreux autres, mais le premier que j’avais noté pour illustrer la notion de bénéfice secondaire. J’y reviendrai un peu plus loin. La blessure n’arrive jamais par hasard au football. J’en vois déjà qui bondissent devant une telle affirmation. On ne peut pas dire ça, il y a la malchance, les adversaires qui taclent comme des terroristes etc. Lorsqu’on commence à parler de l’aspect psychologique aux footeux, on se heurte soit au dédain soit au scepticisme, plus rarement à l’écoute bienveillante.

L’aspect mental dans le football, jusque dans les années quatre-vingt-dix, était un sujet pratiquement inexistant. Le mental, soit tu l’avais, soit tu ne l’avais pas, point à la ligne. Et tu me feras cinq tours de terrain en plus, ça te laissera le temps de penser. Cependant, peu à peu, certains ont commencé à admettre l’importance d’une bonne approche mentale et la possibilité de travailler ce domaine. Mais ça reste encore l’exception, et le recours à un préparateur mental n’est pas vu d’un bon œil par tous, loin de là. Et je ne parle ici que de l’aspect conscient.

Si on commence à aborder l’aspect inconscient du psychisme d’un footballeur, le vestiaire se vide et les gars de la sécurité vous demandent plus ou moins gentiment de sortir après avoir vérifié que vous avez bien pris vos gouttes. C’est pourtant l’inconscient qui va nous permettre d’aborder...

Contenu disponible gratuitement

68 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter