la revue
Allemagne
50+1 : le Deutschexit Abonnés
50+1 : le Deutschexit

La commercialisation du ballon rond dans les années 1990 a laissé peu de place aux structures traditionnelles. Délaissant la doxa continentale, le football allemand suit pourtant un autre modèle avec succès.

Retour sur terre !

9 mars 2021. La Deutsche Fussball Liga (DFL) publie son rapport financier, le premier à être affecté par la pandémie. En 2019-2020, le chiffre d’affaires a reculé, le résultat net plonge dans le rouge, une situation inédite depuis une décennie. La presse s’en empare, s’enflamme, s’alarme. La dette est disséquée, c’est la fin des strudels ! « Qu’avons-nous fait ? » s’y demande-t-on en substance. Christian Seifert, le DG de la DFL, joue les Cassandre : « La dernière saison représentait tout au plus une légère brise, désormais souffle la tempête. » Les années de vaches grasses sont terminées. Le très rigoureux Kicker titre sur « la facture à payer pour l’argent gaspillé ». Wilkommen in Deutschland, cette République fédérale du « comptable au grand cœur » qui ne fera jamais partie des dispendieux pays du Club Med, où est désormais rangée la France.

On peut sourire de cet affolement médiatique, lié à la tradition rhénane de la bonne gestion. N’empêche, il vaut toujours mieux être le trésorier d’un club de football professionnel allemand que du FC Barcelone ou du Milan AC.

POUR 100 BRIQUES... T’AS PLUS RIEN !

Les chiffres sont impressionnants. À travers les rapports d’activités des quinze dernières années, s’observe la montée en puissance des deux premières divisions, dont la Liga a la charge. En 2004-2005, la DFL se félicitait de son 1,5 milliard d’euros de CA. En 2018-2019, il franchissait pour la première fois la barre symbolique des 4 milliards. Les 18 clubs de Buli ne dominent plus le classement UEFA des pays, comme c’était le cas entre 1976 et 1984, mais la croissance sur la période, parfois à deux chiffres, rappellera à quelques anciens le temps béni des Trente glorieuses. En arrondissant, on arrive à des recettes annuelles par club...

Contenu réservé aux abonnés

87 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire