laRevue
Économie
Avoir bons fonds ou pas Abonnés
Avoir bons fonds ou pas

Avides de profits rapides, les fonds d’investissement internationaux se jettent sur les clubs français, crispant les supporters. Mais le modèle peut se révéler vertueux et synonyme de bons résultats sportifs.

Durant près de soixante ans, nos clubs ont été majoritairement contrôlés par des collectivités locales ou de grandes entreprises. À l’image de Peugeot à Sochaux, ces entreprises ne recherchaient pas la rentabilité économique, mais faisaient œuvre sociale et soignaient leur image en investissant dans le club phare de la ville. Dans les années 1980, de nouveaux investisseurs privés sont apparus : les entrepreneurs. Jean-Michel Aulas, Bernard Tapie ou Claude Bez en sont les exemples les plus brillants. Aujourd’hui, le pedigree des propriétaires a muté : entrepreneurs locaux, étrangers milliardaires, États ou groupes de supporters… Plus une nouvelle catégorie qui intrigue : les fonds d’investissement.

QUI SONT CES FONDS D’INVESTISSEMENT ?

De façon générique, les fonds de capital-investissement sont décrits comme des acteurs économiques qui achètent des entreprises qu’ils accompagnent dans leur expansion et leur transformation, sur une période souvent comprise entre cinq et sept ans. Ils (re)structurent pour rendre plus rentable, dans le but de revendre plus cher au bout de quelques années. Les motivations des entreprises, des milliardaires ou des entrepreneurs peuvent diverger (image, rentabilité économique, soft power…), mais les fonds d’investissement ont en commun de rechercher un profit financier rapide.

LE PASSAGE DES CLUBS EN ENTITÉS D’ENTERTAINMENT CAPITALISTES

À la fin des années 80, la conversion juridique des clubs de football, d’entités publiques à but non lucratif en entités capitalistiques, susceptibles de distribuer des dividendes aux investisseurs, a déclenché l’intérêt des fonds d’investissement. Sans parler du bouleversement du business model, jusque-là uniquement lié à la billetterie.

L’arrêt Bosman, en 1985, a libéralisé le système des transferts et créé de nouveaux profits pour les clubs autour de l’activité de trading de joueurs. Au début des années 2000, l’explosion des droits TV, tant sur le plan domestique qu’international, a donné aux clubs une exposition jamais atteinte. Ils ont pu...

Contenu réservé aux abonnés

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire