laRevue
Religion
Brésil le football selon les Évangiles Abonnés
Brésil le football selon les Évangiles

Depuis quelques années, les footballeurs brésiliens sont les meilleurs missionnaires des églises évangéliques, dont l’influence s’étend bien au-delà des terrains de sport.


Japon, International Stadium de Yokohama, 30 juin 2002. Un doublé de Ronaldo vient de mettre l’Allemagne à terre. Le Brésil décroche sa cinquième étoile. À peine le temps de sécher ses larmes de joie, la Seleção, encadrement technique compris, s’agenouille dans le rond central pour le fechamento, une prière collective qui se pratique généralement avant les rencontres, dans le secret du vestiaire. Kaká arbore un tee-shirt blanc portant l’inscription « J’appartiens à Jésus ». Il pose ensuite avec Lúcio et Edmílson, aux aussi vêtus d’un tee-shirt à la gloire du Christ. Ce n’est pas seulement l’expression d’une foi personnelle, les signes d’une religiosité banalisée, comme on en voit sur les terrains du monde entier, mais l’expression d’un mouvement de fond, qui impacte et utilise le football auriverde.

Athlètes du Christ

Au début des années 1980, les églises évangéliques montent en puissance au Brésil. Le gardien de l’Atlético Mineiro, João Leite, crée les Atletas de Cristo, les Athlètes du Christ, qui intègre le courant évangélique néopentecôtiste. Le groupe attire rapidement les fidèles. En 1985, la revue Placar lui consacre sa une. Elle dénombre 300 membres. Parmi eux, les jeunes champions du monde U20 cette année-là, dont certains seront champions du monde en 1994, comme Cláudio Taffarel, Müller ou Jorginho, qui évolue alors à Flamengo et devient l’un des joueurs les plus actifs du mouvement, au sein d’une sélection qui, tout au long des années 1990, est accompagnée par Alex Dias Ribeiro. Ancien pilote de formule 1, devenu directeur exécutif des Athlètes du Christ, c’est lui qui fait franchir un cap à l’organisation. Après la victoire de 1994, il publie Quem Venceu O Tetra (Qui a remporté le tetra, non traduit). En couverture, une photo de Taffarel, à genoux, symbolise la victoire de la foi évangélique sur celle du bouddhiste Roberto Baggio....

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire