la revue
Ligue 1
Bruno Génésio «Mais merde, qu’est-ce que tu lui as fait à Daniel ?» Abonnés
Bruno Génésio «Mais merde, qu’est-ce que tu lui as fait à Daniel ?»

Pour sa première saison complète sur le banc de Rennes, Bruno Génésio a qualifié son équipe pour la Ligue Europa. Une performance sanctionnée par le titre de meilleur coach de l’année et… le respect assumé de l’After, après des années lyonnaises où les relations étaient plus délicates. De ça, mais pas seulement, Daniel Riolo a longuement discuté avec un entraîneur qu’il n’a pas toujours ménagé. Entretien franc, honnête et parfois musclé.


Daniel Riolo : Si au début de la saison dernière, on vous avait dit « Rennes va finir quatrième du championnat et vous allez être désigné meilleur coach de la saison », qu’auriez-vous répondu

Bruno génésio : Quatrième, j’aurais dit possible, envisageable. Lorsque j’ai repris l’équipe en fin de saison dernière, Julien (Stéphan) avait déjà fait un gros travail et on avait terminé sixième. Donc on pouvait penser qu’on allait faire mieux, car l’équipe avait une marge de progression, et il y a eu un recrutement important. Meilleur entraîneur de Ligue 1, j’aurais dit « improbable".

Pourquoi improbable ? 

Bruno génésio : Parce que je pense que ma légitimité n’était pas celle d’aujourd’hui. J’avais peut-être encore besoin de faire mes preuves en dehors de l’Olympique lyonnais. Forcément, quand j’ai pris l’équipe première, aux yeux de beaucoup de gens, je n’avais pas cette légitimité. Au final, peut-être que ce que j’ai fait de bien à Lyon n’a pas été suffisamment mis en avant à l’époque. Voilà pourquoi j’aurais répondu improbable.

Dans l’After, je crois qu’il y avait unanimité à dire que c’est mérité. Qu’est-ce qui est entré en ligne de compte, d’après vous ? Sur quels critères s’est-on basé pour dire ça ? 

Bruno génésio : Sur le jeu qu’on a produit quasiment tout au long de l’année, malgré les temps faibles, en début de saison et surtout pendant le mois de la CAN. Un jeu globalement offensif, avec beaucoup de buts – on a terminé deuxième meilleure attaque. Je pense que les gens ont apprécié. Mais on peut débattre. Moi-même, j’ai voté pour Antoine (Kombouaré), parce que j’ai trouvé sa saison très bonne. Il a gagné la Coupe et terminé neuvième du championnat. Julien Stéphan aussi… D’ailleurs, je l’ai dit lors de la remise du trophée, plein d’entraîneurs auraient mérité ce...

Contenu réservé aux abonnés

95 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire