la revue
Chine
Chine et foot : de pire empire Abonnés
Chine et foot : de pire empire

En 2015, en attirant des stars dans son championnat, la Chine devenait l’un des nouveaux acteurs forts du football. Depuis, la Grande Muraille du ballon rond se fissure, au point que ses principaux clubs sont menacés de disparition.


En 2017-2018, la Chinese Super League était considérée comme un championnat attractif et de qualité. Mais ensuite, les choses ont changé. On a demandé aux clubs d’aligner plus de jeunes joueurs sur le terrain. Certains n’étaient pas assez bons pour jouer, mais il fallait les faire participer aux matchs – même quelques minutes – parce que la ligue l’impose. »(1) Le constat de Fabio ­Cannavaro, qui a démissionné de son poste d’entraîneur du Guangzhou FC en septembre dernier, illustre bien la situation du football chinois. Alors que la Chine voulait devenir la nouvelle superpuissance du ballon rond, à coups de millions de yuans, elle fait aujourd’hui machine arrière. La folie dépensière des clubs, frappés de plein fouet par la crise économique liée au Covid-19, n’a pas permis à l’équipe nationale de se bonifier ni d’exporter ses talents locaux dans les grands championnats étrangers. À titre d’exemple, en mai dernier, la Fédération de football chinoise a sélectionné pas moins de cinq joueurs naturalisés pour tenter d’éviter l’élimination lors des qualifications pour la prochaine Coupe du monde au Qatar.

Il faut dire que la deuxième puissance mondiale est encore loin de jouer les premiers rôles dans le sport le plus populaire au monde : 75e nation au classement FIFA, entre la Macédoine du Nord et la Guinée. Pourtant, depuis quelques années, le régime du président Xi Jinping tente tant bien que mal de mettre la Chine au football, pour en faire l’un des leaders mondiaux.

Le football chinois part de loin

Depuis son accession au pouvoir, en 2013, Xi Jinping veut accélérer la transformation footballistique du pays. L’État chinois y voit d’abord un moyen d’unifier la nation autour d’un grand projet sportif fédérateur, capable de faire briller le pays hors de ses frontières. C’est le « rêve chinois ». Un symbole fort,...

Contenu réservé aux abonnés

85 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire