laRevue
Religion
DÉBAT: Faut-il interdire les signes religieux dans le foot ? Abonnés
DÉBAT: Faut-il interdire les signes religieux dans le foot ?

Le 19 janvier dernier, sénateurs et députés se sont réunis en commission mixte paritaire pour trouver un compromis sur la proposition de loi visant à démocratiser le sport en France. Raison de leur divergence ? L'opposition des seconds à un amendement des premiers sur le port du voile dans la pratique sportive. Pour débattre de cette question épineuse, nous avons donné la parole à trois personnalités aux avis opposés : d'un côté Michel Savin, sénateur LR de l'Isère (Auvergne-Rhône-Alpes), rapporteur de la proposition de la loi Sport au Sénat, et Patrick Karam, vice-président de la Région Île-de-France ; de l'autre Noor Ziane (un pseudonyme), réalisatrice française.


Michel savin :  «Respecter le principe de laïcité dans le sport : il est temps d'agir»

En janvier dernier, à l'occasion des débats sur la proposition de loi visant à démocratiser le sport en France, les députés de la majorité présidentielle LREM et le gouvernement ont une fois de plus refusé d'agir contre les dérives communautaires et religieuses qui se développent dans le sport. Or, les faits sont là, avérés et de plus en plus présents. Plus que jamais, nous devons agir, et c'est tout le sens des travaux du Sénat depuis plusieurs mois.

Malheureusement, le gouvernement et sa majorité ont toujours refusé d'écouter nos propositions et d'agir réellement contre les dérives existantes.

Lors des débats au Sénat sur cette proposition de loi, notre ambition avec la majorité sénatoriale a été d'interdire tout signe religieux ostensible dans le cadre des compétitions sportives organisées par des fédérations sportives. Les fédérations sportives françaises, qui organisent les compétitions officielles sur notre territoire, sont délégataires de service public. Il est donc normal et nécessaire que soient appliqués dans ce cadre les principes fondateurs de la République. Il s'agit d'une mesure de bon sens, qui ne fait qu'appliquer dans le droit national l'article 50 de la Charte olympique. Aujourd'hui, les fédérations appliquent ce principe. Le gouvernement refuse que la loi vienne les sécuriser juridiquement et leur fait porter la responsabilité de ses propres errements. Alors que le sport est un puissant outil d'intégration, il est désormais utilisé par certains comme un outil de promotion d'idéologies religieuses radicales.

Le rôle de la loi et des parlementaires est de définir un cadre juridique clair face aux dérives qui existent dans notre société. Tous les rapports et toutes les enquêtes à ce sujet sont unanimes, les faits sont là et une réponse sans ambiguïté doit être apportée. En...

Contenu réservé aux abonnés

89 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire