laRevue
Argentine
Diego, dieu des stades Abonnés
Diego, dieu des stades

L'homme se prenait pour Dieu et le demi-dieu a fini par oublier, malgré sa foi, qu'il n'était qu'un homme. Mais pour les Argentins, il n'y a pas débat : Maradona est d'essence divine.


Je suis un privilégié, mais uniquement par la volonté de Dieu. Dieu me fait bien jouer, parce qu'il m'a fait naître avec une habileté divine. C'est pour ça que je me signe en entrant sur le terrain. Si je ne le faisais pas, ce serait comme si je le trahissais. » Diego dans le texte. Qui se signait huit fois exactement avant de fouler la pelouse. Rendre grâce à Dieu en se soumettant humblement à sa volonté n'a pas empêché Maradona d'être lui-même un dieu. Par une subtile contraction de diez (dix en espagnol) et de dios (Dieu), il a revendiqué sa dimension divine, sous l'appellation contrôlée de D10S. Un truc de dingue. Mais qui s'explique en partie : « En Argentine, malgré un recul généralisé de la religion dans les grandes villes, la foi catholique reste très présente dans les provinces, comme Corrientes, dont vient la famille Maradona, rappelle Alejandro Valente, chef franco-argentin du service des sports de RFI. L'Argentin est en général assez superstitieux, à l'image des footballeurs. Il croit aux miracles et aux interventions divines – et Diego Maradona pouvait penser, en effet, que ses dons exceptionnels en étaient la manifestation évidente. Les provinces argentines regorgent de sanctuaires où on a signalé des miracles. Chaque année, des millions d'Argentins vont en pèlerinage à Luján ou célèbrent des figures populaires sanctifiées, comme la Difunta Correa dans la province de San Juan ou le Gauchito Gil dans celle de Corrientes. » Dans ce contexte de grand mysticisme, très latino-américain, tout était réuni pour que le Pibe de Oro soit à son tour sanctifié dans son pays.

Le dieu cathodique

L'Annonciation du divin enfant survient quand, à 12 ans, il passe pour la première fois de sa vie à la télévision argentine. Ses feintes miraculeuses et ses buts tombés du...

Contenu réservé aux abonnés

84 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire