la revue
Religion
Et Dieu créa le foot en Angleterre Abonnés
Et Dieu créa le foot en Angleterre

Jusqu’en 1820, dans les public schools anglaises, les étudiants se disputaient le ballon sans règles et avec une grande brutalité. C’est pourtant là que les premières lois du football sont nées, avant d’être formellement codifiées dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Au XIXe siècle, l’Angleterre est la première puissance économique. Avec ses colonies, elle règne sur le monde. Pour incarner cette domination, elle a besoin de jeunes gens forts. Elle fait donc appel à des pédagogies sportives destinées à produire des muscular christians parés de ces vertus masculines que sont la force, le courage, l’endurance et… la morale chrétienne. Le mouvement y apparaît dans la première partie du siècle, avant de se propager dans les années 1860 aux États-Unis, d’où viennent de nombreux sports populaires.

Aux origines des règles du football moderne

Le « foot-ball », qui donnera naissance au football et au rugby, gagne en notoriété dans les public schools anglaises, réservées à l’élite du pays. Entre 1820 et 1862, ce sont les élèves et le personnel qui en fixent les règles, souvent différentes d’une école à l’autre, chaque école étant très attachée à ses spécificités et réticente à l’uniformisation. L’unification des différents règlements, ceux de Sheffield et de Cambridge notamment, donne naissance au premier code de la Football Association (FA) en 1863, sur les chaises du Freemasons’ Tavern.

Thomas Arnold, le créateur du rugby.
Thomas Arnold, le créateur du rugby.

Des règlements différents selon les endroits vont perdurer jusque dans les années 1880. La création de la Rugby Football Union (RFU), en 1871, signe la séparation du football et du rugby, mais l’unification définitive des règles prend quelques années de plus. En parallèle, ces règles évoluent : progressivement, apparaissent les arbitres, le changement de camp obligatoire à la mi-temps, le hors-jeu, le penalty, etc.

Les règles de la muscular christianity

À l’origine, dans les public schools, les règles sont l’expression du nationalisme britannique, une adaptation des enseignements de l’Église d’Angleterre pour justifier et conserver les principes de l’Empire. Il s’agit de ne rien perdre de la spontanéité et de la vigueur des matchs tout en...

Contenu réservé aux abonnés

78 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire