laRevue
Clubs français
Le Club, c'est nous ! Abonnés
Le Club, c'est nous !

La banderole est là. À chaque fois. Le réalisateur des matchs de l’OM ne la rate jamais. « Le Club c’est nous ». Le message est clair. Peu importe ce qui se passe sur le terrain. Les joueurs et les dirigeants passent mais « nous supporters, on sera toujours là » répond en écho un chant de ces derniers au Parc des Princes. Le supporter, gardien de l’institution, propriétaire invisible ? Et si c’était un peu vrai ?

D’abord, il y a la réalité juridique. Devant la loi, les supporters ne sont rien. Même organisés en association, ils ne peuvent prétendre à quoi que ce soit. Ils n’existent pas en tant que tels. Le supporter est le consommateur d’une entreprise de spectacle, libre d’applaudir ou de siffler en fonction de la qualité. Libre aussi de ne pas revenir à la prochaine séance. Mais le spectateur est différent du supporter car ce dernier est fidèle et revient toujours. Être là, même quand le club perd ou est en crise, c’est le comble du chic pour lui. Mais attention, cette présence régulière peut être exploitée par un dirigeant comptable convaincu que peu importe les acteurs, la justesse et l’émotion, son club fera toujours recette. Définir le rôle exact du supporter relève finalement de l’analyse socio-économique.

Avec l’émergence des groupes ultras dans les années 90, le supporter, qui n’était alors qu’un simple spectateur venu voir un match du club de sa ville, a muté. On a commencé à parler d’identité du club, d’ancrage local, de défense des valeurs (terme fourre-tout) régionales. Le poids économique devenant plus important dans la vie des clubs, une sorte de « lutte des classes » s’est mise en place. Le supporter devient le garant de la probité, d’une vision romantique du football. Nicolas Hourcade, sociologue, spécialiste des supporters, résume : « L’essor des mouvements ultras a accéléré l’émergence de cette notion d’appartenance du club à ses supporters. Les ultras ont revendiqué leur indépendance, leur droit de critiquer et d’être en désaccord avec la direction. » Il ajoute : « Depuis les années 50, le football a changé, il est devenu un business, la distance entre les supporters d’une part et les joueurs et président d’autre part s’est creusée. Les années 90, avec l’émergence des ultras, mais...

Contenu réservé aux abonnés

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire