la revue
sociologie
Les enfants du divorce Abonnés
Les enfants du divorce

Entre le foot d’hier et celui d’aujourd’hui, la séparation a eu lieu il y a trente ans. La manière dont nous la vivons en dit long sur les animaux sociaux que nous sommes. Que cherchons-nous au juste dans le football ? Pas sûr que nous le sachions nous-mêmes.

Êtes-vous pour ou contre la Super League ? Êtes-vous un consommateur gourmand, pour qui l’élitisme et l’entre-soi sont une garantie de grand spectacle ? Ou, au contraire, un romanesque qui s’assume, écœuré par le cynisme du football commercialisé d’aujourd’hui, nostalgique d’un âge d’or où tout était plus authentique ? Ne cherchez pas à vous classer dans l’une ou l’autre des deux catégories. On a le droit d’être tiraillé entre les deux. Nous sommes aujourd’hui les enfants d’un divorce qui a été consommé il y a une trentaine d’années et qui s’est révélé, une fois n’est pas coutume, très bénéfique pour les deux parties, alors qu’on s’attendait à ce que l’une d’entre elles en sorte anéantie.

Une séparation devenue inévitable

Ce divorce, c’est celui, au début des années 1990, du football professionnel des clubs, las de se voir entravé par un mariage forcé, et du football traditionnel, incarné par des fédérations jugées dépassées par l’évolution rapide de leur environnement. Il est vrai que tout au long de la décennie précédente, le développement rapide des technologies et des infrastructures de communication a radicalement changé le paysage médiatique. Et les nouvelles doctrines de dérégulation imposées par Thatcher, Reagan, Kohl et consorts ont abouti à une libéralisation à tout va des marchés audiovisuels.

Pour un football professionnel qui s’apprête tout juste à sortir de ses années noires – Hooligans-Heysel-Hillsborough – c’est inespéré. Il y a une opportunité unique à saisir, un modèle économique à imaginer, beaucoup d’argent à gagner.

À ce moment-là, son mariage avec le football de toujours, porté par nature sur la conservation prudente de son acquis historique et sur le développement de la pratique sportive de base, ne peut plus être sauvé. Le divorce est devenu inévitable. Et il se manifeste d’abord par la création des ligues professionnelles, symboles d’émancipation et...

Contenu réservé aux abonnés

78 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire