la revue
Foot business
Les Saoudiens à l'attaque Abonnés
Les Saoudiens à l'attaque

C’est officiel, après des mois de rumeurs et de tergiversations, l’Arabie saoudite tient enfin son club de football étranger, Newcastle, au nord de l’Angleterre. Mais pourquoi un tel choix ?


À force de vendre ses bijoux de famille, on va finir par croire à une grande braderie. Après le rachat de City par les Emiratis, de Paris par les Qatariens, de sa petite sœur, le Paris FC, par le Bahreïn, c’est le club historique de Newcastle qui tombe dans l’escarcelle, à grands frais, du fonds souverain de l’Arabie saoudite. On estime le deal à 360 millions d’euros, une peccadille pour le PIF, le nom du fonds, piloté en direct par le prince héritier Mohammed ben Salmane, valorisé plus de 400 milliards d’euros. Le club anglais va entrer à son tour dans une nouvelle dimension. Il espère ainsi faire partie durablement du gotha du football européen.

Avec tous ces investissements, ça commence à se voir : le Moyen-Orient veut s’imposer dans le monde du ballon rond et profiter de son aura et de sa réputation. City et Paris ont déjà dépensé plus de 3 milliards d’euros à eux deux en douze ans de présence au très haut niveau. C’est au tour de l’Arabie saoudite, ennemi historique des monarchies du Golfe, en guerre ouverte avec les Emiratis de Manchester et les Qatariens du PSG.

Au-delà de l’intérêt sportif et du désir de diversifier ses investissements, c’est cette rivalité qui explique le rachat de Newcastle. L’Arabie saoudite a trop longtemps laissé ses voisins se développer et s’imposer en Europe, améliorer leur image et leur notoriété, sans pouvoir intervenir ou leur couper l’herbe sous le pied. Or, elle a une dent toute particulière contre le Qatar. Riyad et Doha entretiennent des relations électriques, sans que les actions diplomatiques ou les tentatives d’apaisement ne parviennent à apaiser la tension.

Déjà en 2011, après la création de la chaîne qatarienne BeIN Sport, l’Arabie saoudite avait hébergé et parrainé la chaîne pirate BeoutQ, qui diffusait en toute...

Contenu réservé aux abonnés

66 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire